Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 06:09

L’élémentaire et le subtil


Les enseignements de l’Islam sont de deux degrés :


1)       Les enseignements évidents et élémentaires.

C’est ce que le commun des musulmans est sensé connaître à partir du moment où il a possibilité de lire le Coran et poser des questions aux savants.

 

2)       Les enseignements subtiles.

C’est ce qui nécessite une certaine capacité d’apprentissage que la plupart des musulmans n’ont pas forcément.

Et faire la distinction entre ces deux degré d’évidence est nécessaire pour savoir à partir de quant est-il possible à un musulman d’ignorer un enseignement sans tomber dans la désobéissance pour cette ignorance.

 

·          Règle : Lorsqu’une personne remplit les critères du fondement de l’Islam, il est musulman même s’il ignore ou comprend mal les branches de l’Islam évidentes et élémentaires, à condition qu’il cherche à les apprendre.

La preuve de cette règle est la parole d’Allah : « Quiconque mécroit au Tâghoût tandis qu’il a Foi en Allah, a saisit l’anse la plus solide qui ne peut se briser. » Sourate 2 verset 256 

Ainsi que la parole d’Allah: « Et à ceux qui s'écartent de l’adoration des Tâghoût, tandis qu'ils reviennent à Allah, à eux la bonne nouvelle! Annonce la bonne nouvelle à Mes serviteurs » Sourate 39 verset 17.

Ces versets prouvent bien que la bonne nouvelle est annoncée à tout homme qui désavoue le Tâghoût et en abandonne le culte, et qui a Foi en Allah. Dès qu’il a réalisé ces deux choses ; il a saisit l’anse la plus solide qui est l’Islam, même s’il ignore certains enseignements du prophète, même les plus élémentaires ; comme c’est le cas de celui qui vient de se convertir à l’Islam ou qui vit loin des musulmans.

 

Exemple : Si un homme se convertit à l’Islam, en désavouant toute autre religion et en abandonnant l’adoration de tout autre qu’Allah, et en reconnaissant Mouhammad comme prophète et en acceptant son message, et d’adhère à tout ce qu’il apprendra de l’enseignement du prophète ; mais qu’il ne sait pas encore que l’alcool est interdit par exemple, car les preuve de son interdiction ne lui sont pas encore parvenue, ni que la prière est obligatoire et au nombre de 5 par jour car la preuve de cela ne lui est pas parvenu : il est musulman pour son monothéisme et sa Foi en la prophétie de Mouhammad, et excusé pour son ignorance jusqu’à ce qu’il ai été averti.

 

L’imam Ibn Hazm dit :

وكذلك من لم يبلغه الباب من واجبات الدين فإنه معذور لا ملامة عليه وقد كان جعفر بن أبي طالب وأصحابه رضي الله عنهم بأرض الحبشة ورسول الله صلى الله عليه وسلم بالمدينة والقرآن ينزل والشرائع تشرع فلا يبلغ إلى جعفر وأصحابه أصلاً لانقطاع الطرق جملة من المدينة إلى أرض الحبشة وبقوا كذلك ست سنين فما ضرهم ذلك في دينهم شيئاً إذ عملوا بالمحرم وتركوا المفروض. 

« Aussi, celui à qui les obligations de la religion ne sont pas parvenus ; il est excusé et irréprochable. D’ailleurs, Ja‘far ibn Abî Tâlib et ses compagnons –qu’Allah les agrée- étaient en Abyssinie alors que le messager –que la Paix d’Allah soit sur lui- était a Médine, et le Coran se révélait et les rituelles se légiféraient, et rien de tout cela ne parvint à Ja‘far et ses compagnons à cause de la rupture totale entre Médine et l’Abyssinie, et ils demeurèrent dans cette situation 6 années, sans que cela ne fasse le moindre mal à leur religion malgré qu’ils commettaient des choses qui furent interdites, et délaissèrent des choses qui furent ordonnées[1] »


Puis il dit :

وكل ما ذكرنا يبطل قول من قال من الخوارج أن في حين بعث النبي صلى الله عليه وسلم يلزم من في أقاصي الأرض الإيمان به ومعرفة شرائعه فإن ماتوا في تلك الحال ماتوا كفاراً إلى النار ويبطل هذا قول الله عز وجل " لا يكلف الله نفساً إلا وسعها لها ما كسبت وعليها ما اكتسبت " وليس في وسع أحد علم الغيب 

« Et tout ce que nous avons mentionné invalide l’avis de certains Khawârij ; que dès que le prophète fut envoyé, il fut alors imposable à toute personne au fin font de tous les continents d’avoir Foi en lui[2] et de connaître toute ses lois[3], et que s’ils mourraient sans connaître cela ils meurent mécréants et finissent en enfer. Cet avis est invalidé par le verset : « Allah n’impose à aucune âme au-delà de sa capacité » et il n’est de la capacité de personne de connaître l’inconnu. » [Al Fiçal 4/50,51]

 

Et Ibn Taymiya dit :

لا يكفر العلماء من استحل شيئا من المحرمات لقرب عهده بالإسلام أو لنشأته ببادية بعيدة فإن حكم الكفر لا يكون إلا بعد بلوغ الرسالة 

« Et les savants ne bannissent pas de l’Islam celui qui permet une interdiction à cause qu’il vient de se convertir, ou qu’il vit dans un désert lointain. En effet, le statut de mécréant n’est donné qu’après la transmission du message. » [Majmoû‘ Al Fatâwâ, 28/501]

 

Remarque importante : Par contre, s’il ne s’intéresse pas a savoir ce que son Seigneur attend de lui, et ce que son messager a ordonné et interdit, alors il n’est pas excusé de les ignorer car il a fait exprès de ne pas les apprendre et ceci est la mécréance par dédain comme nous l’avions vu. Allah a dit : « Et les mécréants se dédaignent de ce qu’on leur avertit » Sourate 46 verset 3. Ceci concerne les lois claires et élémentaires.

 

‘Abdallah et Ibrahim fils d’Abdellatîf Âl Cheykh ainsi que Soulaymân Ibn Sahmân ont dit : 

ومسألة تكفير المعين مسألة معروفة، إذا قال قولا يكون القول به كفرا، فيقال: من قال بهذا القول فهو كافر، لكن الشخص المعين، إذا قال ذلك لا يحكم بكفره، حتى تقوم عليه الحجة التي يكفر تاركها. وهذا في المسائل الخفية، التي قد يخفى دليلها على بعض الناس، كما في مسائل القدر والإرجاء ونحو ذلك مما قاله أهل الأهواء، فإن بعض أقوالهم تتضمن أمورا كفرية، من رد أدلة الكتاب والسنة المتواترة، فيكون القول المتضمن لرد بعض النصوص كفرا، ولا يحكم على قائله بالكفر، لاحتمال وجود مانع كالجهل، وعدم العلم بنقض النص، أو بدلالته، فإن الشرائع لا تلزم إلا بعد بلوغها؛ ذكر ذلك شيخ الإسلام ابن تيمية، قدس الله روحه في كثير من كتبه. 

« La question de bannir un individu de l’Islam est un thème bien connu ; lorsqu’il dit une parole dont la prononciation est une mécréance, on dit que quiconque tien ces propos est un mécréant, mais l’individu donné qui la prononce ne sera bannis de l’Islam qu’après que la preuve dont l’abandon est une mécréance lui soit présentée. Et ceci concerne les questions subtiles dont les preuves peuvent échapper à certaines personnes, comme par exemple les questions relatives au Destin, à l’Irjâ’ et autre professions d’hérétiques. En effet, certains de leurs propos contiennent des éléments impies qui réfutent les preuves du Coran et de la Sounna avérée, or les propos consistant en une réfutation des textes sont mécréance. Mais on ne donnera pas le statut de mécréant à celui qui les tient, lorsqu’il existe une probabilité que l’ignorance puisse empêcher de lui donner ce statut, et qu’il n’a pas connaissance des textes qu’il est en train de contredire ni des preuves ; car les lois ne sont imposables qu’après avoir été transmise, comme le mentionna Cheykh Al Islâm Ibn Taymiya, qu’Allah bénisse son âme, dans beaucoup de ses livres. » [Dourar As-Saniyya 10/432, 433]

 

Cheykh Al Islâm Ibn Taymiya a dit :

وَهَذَا إذَا كَانَ فِي الْمَقَالَاتِ الْخَفِيَّةِ فَقَدْ يُقَالُ : إنَّهُ فِيهَا مُخْطِئٌ ضَالٌّ لَمْ تَقُمْ عَلَيْهِ الْحُجَّةُ الَّتِي يَكْفُرُ صَاحِبُهَا ؛ لَكِنَّ ذَلِكَ يَقَعُ فِي طَوَائِفَ مِنْهُمْ فِي الْأُمُورِ الظَّاهِرَةِ الَّتِي تَعْلَمُ الْعَامَّةُ وَالْخَاصَّةُ مِنْ الْمُسْلِمِينَ أَنَّهَا مِنْ دِينِ الْمُسْلِمِينَ ؛ بَلْ الْيَهُودُ وَالنَّصَارَى يَعْلَمُونَ : أَنَّ مُحَمَّدًا صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ بُعِثَ بِهَا وَكَفَّرَ مُخَالِفَهَا ؛ مِثْلُ أَمْرِهِ بِعِبَادَةِ اللَّهِ وَحْدَهُ لَا شَرِيكَ لَهُ وَنَهْيُهُ عَنْ عِبَادَةِ أَحَدٍ سِوَى اللَّهِ مِنْ الْمَلَائِكَةِ وَالنَّبِيِّينَ وَالشَّمْسِ وَالْقَمَرِ وَالْكَوَاكِبِ وَالْأَصْنَامِ وَغَيْرِ ذَلِكَ ؛ فَإِنَّ هَذَا أَظْهَرُ شَعَائِرِ الْإِسْلَامِ وَمِثْلُ أَمْرِهِ بِالصَّلَوَاتِ الْخَمْسِ وَإِيجَابِهِ لَهَا وَتَعْظِيمِ شَأْنِهَا وَمِثْلُ مُعَادَاتِهِ لِلْيَهُودِ وَالنَّصَارَى وَالْمُشْرِكِينَ وَالصَّابِئِينَ وَالْمَجُوسِ وَمِثْلُ تَحْرِيمِ الْفَوَاحِشِ وَالرِّبَا وَالْخَمْرِ وَالْمَيْسِرِ وَنَحْوِ ذَلِكَ . ثُمَّ تَجِدُ كَثِيرًا مِنْ رُؤَسَائِهِمْ وَقَعُوا فِي هَذِهِ الْأُمُورِ فَكَانُوا مُرْتَدِّينَ    

« Et ceci est lorsqu’il s’agit de propos subtiles, on peut dire alors qu’untel s’est trompé et égaré, la preuve dont l’abandon est une mécréance ne lui est pas parvenue. Mais il arrive à certains groupes d’entre eux de tomber des dans choses évidentes que tous les musulmans, populace et individus, savent que cela fait partie de la religion des musulmans, que même les juifs et les chrétiens savent que Mouhammad –que la Paix d’Allah soit sur lui- fut envoyé pour l’enseigner et jugea mécréant celui qui s’y oppose ; comme par exemple le commandement de n’adorer qu’Allah seul sans associé, l’interdiction d’adorer un autre que Lui que ce soit les anges, les prophètes, le soleil la lune ou les astres et les idoles. Ce sont les plus élémentaires rituelles de l’Islam, ainsi que l’obligation des 5 prières et la vénération de ce rite, et l’opposition aux juifs, chrétiens, idolâtres, sabéens et mazdéens, et l’interdiction des turpitudes, de l’usure, de l’alcool et des jeux de hasard. Puis tu vois beaucoup de leurs chefs qui tombèrent dans [le rejet de] ces choses et devinrent donc des apostats. » [Majmoû‘ Al Fatâwâ 4/54]

On notera donc que les savants font une différence entre celui qui ignore un enseignement élémentaire de l’Islam et celui qui ignore une question subtile.

 

Il faut noter aussi que la valeur « élémentaire » et « subtil » ne sont pas des valeurs absolues mais bien des valeurs relatives.


Ça veut dire que : on ne peut pas forcément dire que l’interdiction de l’alcool est toujours un enseignement élémentaire, sans avoir a tenir compte du degré d’enseignement de l’Islam dans la région et l’époque. Pareil pour l’information que les mots et les phrases du Coran sont aussi inclus dans la parole d’Allah, contrairement à ce que disent les Acharites : eh bien ce n’est pas toujours une question subtile sans avoir à tenir comte du degré d’enseignement de l’Islam dans la région et l’époque, mais il arrive qu’on se retrouve dans une région où les avis des savants sunnites sont rependus et les réponses aux arguments des hérétiques sont propagées de telle manière que celui qui professe encore ce genre d’hérésie devient mécréant sans qu’il ne faille se demander si la preuve lui est établie ou non.


Il arrive donc des fois que certains enseignements soient évidents et élémentaires dans une région à une époque donnée, puis qu’au fil des siècles ces enseignements s’oublient petit à petit à cause de l’apparition d’égarés qui au fil des temps inculquent des hérésies aux musulmans : au final ces choses qui étaient élémentaires à une époque deviennent un enseignement subtil que la plupart des musulmans sont incapables de connaître sans quelqu’un qui leur enseigne la loi d’Allah.

 

Et inversement il arrive que certains sujets qui sont subtils à une époque deviennent un enseignement élémentaire ; c’est le cas après que les savants et les prêcheurs aient propagé ces enseignements à travers les livres, les conférences ou les sermon du vendredi ; ce pourquoi il arriva que dans certaines régions à une certaine époque : celui qui renie que la lapidation de l’adultérin marié -comme ce fut le cas de certains Khawârij- soit excusé par l’ignorance et ne devienne pas mécréant, alors que lorsque cela vient de la part d’une personne qui vit dans une région où cet enseignement est connu et propagé il ne soit pas excusé et devienne mécréant immédiatement sans qu’il ne faille au préalable se demander s’il a été avertit de cet enseignement.

 

Ibn Taymiya dit:

كذلك من دعا غير الله وحج إلى غير الله هو أيضا مشرك والذي فعله كفر لكن قد لا يكون عالما بأن هذا شرك محرم كما أن كثيرا من الناس دخلوا في الاسلام من التتار وغيرهم وعندهم أصنام لهم صغار من لبد وغيره وهم يتقربون اليها   ويعظمونها ولا يعلمون أن ذلك محرم في دين الاسلام ويتقربون إلى النار أيضا ولا يعلمون أن ذلك محرم فكثير من أنواع الشرك قد يخفى على بعض من دخل في الإسلام ولا يعلم أنه شرك فهذا ضال وعمله الذي أشرك فيه باطل لكن لا يستحق العقوبة حتى تقوم عليه الحجة

      « Et aussi, celui qui invoque un autre qu’Allah ou fait le pèlerinage pour un autre qu’Allah est aussi un Mouchrik, et ce qu’il commet est une mécréance, mais il se  peut qu’il ne sache pas que ceci est du Chirk illicite, comme c’est le cas de beaucoup de gens qui entrent dans l’Islam chez les Tatars et autres qu’eux, et qui ont des petites statuettes d’étoffe ou autre, auxquels ils rendent des cultes et qu’ils vénèrent, sans savoir que ceci est interdit dans la religion de l’Islam, ou encore offrent des cultes au feu, sans savoir que ceci est interdit. Et ainsi, beaucoup de formes de Chirk échappent à certains qui entrent dans l’Islam qui ne savent pas que ceci est du Chirk, une telle personne est donc égarée et son acte dans lequel il a associé est vain, mais elle ne mérite pas de châtiment tant que la preuve ne lui est pas parvenue. " [Ar Radd 3Alâ Al 'Akhnâ'î pp. 61, 62]

Ibn Taymiya explique ici que l’interdiction d’adorer le feu était devenu un enseignement subtil à son époque, et ceci à cause du grand nombre de savant du mal qui trafiquaient la vérité aux gens et du petit nombre de ceux qui expliquent la vérité : il expliqua que ces mécréants ne méritent pas le châtiment tant que l’explication ne leur est pas parvenue. Mais ils ne sont, bien sur, pas musulmans ! [Et comment seraient-ils musulmans alors qu’ils adorent du feu et des poupées ?]

 

Et Ibn Taymiya dit aussi :

وَهَؤُلَاءِ الْأَجْنَاسُ وَإِنْ كَانُوا قَدْ كَثُرُوا فِي هَذَا الزَّمَانِ فَلِقِلَّةِ دُعَاةِ الْعِلْمِ وَالْإِيمَانِ وَفُتُورِ آثَارِ الرِّسَالَةِ فِي أَكْثَرِ الْبُلْدَانِ وَأَكْثَرُ هَؤُلَاءِ لَيْسَ عِنْدَهُمْ مِنْ آثَارِ الرِّسَالَةِ وَمِيرَاثِ النُّبُوَّةِ مَا يَعْرِفُونَ بِهِ الْهُدَى وَكَثِيرٌ مِنْهُمْ لَمْ يَبْلُغْهُمْ ذَلِكَ وَفِي أَوْقَاتِ الْفَتَرَاتِ وَأَمْكِنَةِ الْفَتَرَاتِ : يُثَابُ الرَّجُلُ عَلَى مَا مَعَهُ مِنْ الْإِيمَانِ الْقَلِيلِ وَيَغْفِرُ اللَّهُ فِيهِ لِمَنْ لَمْ تَقُمْ الْحُجَّةُ عَلَيْهِ مَا لَا يَغْفِرُ بِهِ لِمَنْ قَامَتْ الْحُجَّةُ عَلَيْهِ كَمَا فِي الْحَدِيثِ الْمَعْرُوفِ : " { يَأْتِي عَلَى النَّاسِ زَمَانٌ لَا يَعْرِفُونَ فِيهِ صَلَاةً وَلَا صِيَامًا وَلَا حَجًّا وَلَا عُمْرَةً إلَّا الشَّيْخَ الْكَبِيرَ ؛ وَالْعَجُوزَ الْكَبِيرَةَ . وَيَقُولُونَ : أَدْرَكْنَا آبَاءَنَا وَهُمْ يَقُولُونَ لَا إلَهَ إلَّا اللَّهُ فَقِيلَ لِحُذَيْفَةَ بْنِ الْيَمَانِ : مَا تُغْنِي عَنْهُمْ لَا إلَهَ إلَّا اللَّهُ ؟ فَقَالَ : تُنْجِيهِمْ مِنْ النَّارِ } . وَأَصْلُ ذَلِكَ أَنَّ الْمَقَالَةَ الَّتِي هِيَ كُفْرٌ بِالْكِتَابِ وَالسُّنَّةِ وَالْإِجْمَاعِ يُقَالُ هِيَ كُفْرٌ قَوْلًا يُطْلَقُ كَمَا دَلَّ عَلَى ذَلِكَ الدَّلَائِلُ الشَّرْعِيَّةُ ؛ فَإِنَّ " الْإِيمَانَ " مِنْ الْأَحْكَامِ الْمُتَلَقَّاةِ عَنْ اللَّهِ وَرَسُولِهِ ؛ لَيْسَ ذَلِكَ مِمَّا يَحْكُمُ فِيهِ النَّاسُ بِظُنُونِهِمْ وَأَهْوَائِهِمْ . وَلَا يَجِبُ أَنْ يُحْكَمَ فِي كُلِّ شَخْصٍ قَالَ ذَلِكَ بِأَنَّهُ كَافِرٌ حَتَّى يَثْبُتَ فِي حَقِّهِ شُرُوطُ التَّكْفِيرِ وَتَنْتَفِي مَوَانِعُهُ مِثْلُ مَنْ قَالَ : إنَّ الْخَمْرَ أَوْ الرِّبَا حَلَالٌ ؛ لِقُرْبِ عَهْدِهِ بِالْإِسْلَامِ ؛ أَوْ لِنُشُوئِهِ فِي بَادِيَةٍ بَعِيدَةٍ أَوْ سَمِعَ كَلَامًا أَنْكَرَهُ وَلَمْ يَعْتَقِدْ أَنَّهُ مِنْ الْقُرْآنِ وَلَا أَنَّهُ مِنْ أَحَادِيثِ رَسُولِ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ كَمَا كَانَ بَعْضُ السَّلَفِ يُنْكِرُ أَشْيَاءَ حَتَّى يَثْبُتَ عِنْدَهُ أَنَّ النَّبِيَّ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ قَالَهَا وَكَمَا كَانَ الصَّحَابَةُ يَشُكُّونَ فِي أَشْيَاءَ مِثْلَ رُؤْيَةِ اللَّهِ وَغَيْرِ ذَلِكَ حَتَّى يَسْأَلُوا عَنْ ذَلِكَ رَسُولَ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ وَمِثْلَ الَّذِي قَالَ : إذَا أَنَا مُتّ فَاسْحَقُونِي وذروني فِي الْيَمِّ ؛ لَعَلِّي أَضِلُّ عَنْ اللَّهِ وَنَحْوَ ذَلِكَ ؛ فَإِنَّ هَؤُلَاءِ لَا يُكَفَّرُونَ حَتَّى تَقُومَ عَلَيْهِمْ الْحُجَّةُ بِالرِّسَالَةِ كَمَا قَالَ اللَّهُ تَعَالَى : { لِئَلَّا يَكُونَ لِلنَّاسِ عَلَى اللَّهِ حُجَّةٌ بَعْدَ الرُّسُلِ } وَقَدْ عَفَا اللَّه لِهَذِهِ الْأُمَّةِ عَنْ الْخَطَأِ وَالنِّسْيَانِ

« Et même si ces espèces là se retrouvent beaucoup à notre époque, ;c’est à cause du peu de prêcheurs à la science et à la Foi ainsi que la rupture des vestiges du message du prophète dans la plupart des contrées, et la majorité d’entre eux n’a aucun héritage de ces prophètes pour pouvoir connaitre le droit chemin, certain même n’y ont jamais accédé. Or, dans les périodes et régions de ruptures, l’homme est récompensé en fonction du peu de Foi qu’il a, et Allah lui pardonne pour les choses où la preuve ne lui est pas parvenue, alors qu’Il ne les aurait pas pardonnées à celui qui aurait eu ces preuves, comme dans le Hadîth connu où il est dit : « Il viendra une époque où les gens ne connaîtront plus ce qu’est la prière ni le jeûne, ni le pèlerinage, ni la ‘Omra, à part le vieux et la vieille, et ils diront « Nous avons vu nos pères attester qu’il n’y a de vrai dieu qu’Allah. » Il fut alors dit à Houdheyfa Ibn Al Yamân « à quoi leur servira de dire qu’il n’y a de vrai dieu qu’Allah ?! » il répondit « à les sauver du Feu ». Et le principe de cela est que les propos étant une mécréance envers le Livre, la Sounnah et l’unanimité, on dit d’eux qu’ils sont une mécréance, dans l’absolue, comme le montre les preuves légales. Car en effet, la Foi envers les Lois venues d’Allah et de Son messager ne peut être estimée par le seul biais de la pensée et des désirs. Et il ne faut pas dire de tout-un-chacun qu’il est mécréant, tant qu’on a pas confirmé pour son cas personnel que les conditions du verdict de mécréance soient réunies et que les empêchements de ce verdict soient évincés, comme pour celui qui dit « L’alcool et l’usure sont licite » à cause qu’il vient de se convertir à l’Islam, ou qu’il a grandit dans un désert lointain, ou qu’il entende une parole qu’il refuse d’accepter car il ne croit pas qu’elle vient du Coran ou des Hadîth du messager d’Allah, qu’Allah prie sur lui et le salue ; comme ce fut le cas de certains Salafs qui reniaient certaines choses jusqu’à ce qu’il leur soit confirmé qu’elles furent enseigné par le prophète ; qu’Allah le bénisse et le salue, et comme ce fut le cas de certains compagnons qui doutaient de choses comme la question de voir Allah dans l’au-delà ou d’autres questions encore; jusqu’à ce qu’ils interrogent le prophète à ces sujets. Et aussi comme l’homme qui disait « Lorsque je meurs, brulez-moi et rependez mes cendres dans le fleuve ; peut être ainsi échapperais-je à Allah » ou quelque chose comme ça. Ceux là ne sont pas bannis de l’Islam tant que la preuve du message ne leur est pas parvenue ; Allah a dit « Afin qu’il n’y ait plus d’argument pour quiconque ; après l’envoie des messagers. Et Allah a pardonné à cette communauté les erreurs et l’oubli » [Majmoû3 Al Fatâwâ 35/165]

 

Mais nous notons tout-de même que ces propos d’Ibn Taymiya sert d’argument à certains qui prétendent que lorsqu’un musulman donne un associé à Allah par ignorance il reste tout de même musulman jusqu’à ce que les preuves lui parviennent ; c’est pour ça que nous allons mettre en évidence deux normes qu’Ibn Taymiya a mentionné dans cette fatwa qui prouvent qu’il ne parle pas de celui qui donne un associé à Allah :


1)      Il a dit : « Or, dans les périodes et régions de ruptures, l’homme est récompensé en fonction du peu de Foi qu’il a » Or nous avons bien expliqué dans la définition de la Foi ; que la base de la Foi est la conviction et la connaissance qu’Allah est Unique et que nul autre que Lui n’est source de bien et de mal ni ne mérite d’être invoqué. [Voir page 34.]


2)      Il a dit : « Et Allah a pardonné à cette communauté les erreurs et l’oubli » Or, Ibn Taymiya ne considère pas que celui qui donne un associé à Allah fasse partie de la communauté musulmane car il dit :

إذْ جَمِيعُ أُمَّةِ مُحَمَّدٍ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ مُوَحِّدُونَ وَلَا يُخَلَّدُ فِي النَّارِ مِنْ أَهْلِ التَّوْحِيدِ أَحَدٌ. وَ " التَّوْحِيدُ " هُوَ مَا بَيَّنَهُ اللَّهُ تَعَالَى فِي كِتَابِهِ وَعَلَى لِسَانِ رَسُولِهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ . كَقَوْلِهِ تَعَالَى : { قُلْ هُوَ اللَّهُ أَحَدٌ } { اللَّهُ الصَّمَدُ } { لَمْ يَلِدْ وَلَمْ يُولَدْ } { وَلَمْ يَكُنْ لَهُ كُفُوًا أَحَدٌ } وَهَذِهِ السُّورَةُ تَعْدِلُ ثُلُثَ الْقُرْآنِ . وَقَوْلُهُ : { قُلْ يَا أَيُّهَا الْكَافِرُونَ } { لَا أَعْبُدُ مَا تَعْبُدُونَ } { وَلَا أَنْتُمْ عَابِدُونَ مَا أَعْبُدُ } { وَلَا أَنَا عَابِدٌ مَا عَبَدْتُمْ } { وَلَا أَنْتُمْ عَابِدُونَ مَا أَعْبُدُ } { لَكُمْ دِينُكُمْ وَلِيَ دِينِ } وَقَالَ تَعَالَى : { فَاعْلَمْ أَنَّهُ لَا إلَهَ إلَّا اللَّهُ وَاسْتَغْفِرْ لِذَنْبِكَ وَلِلْمُؤْمِنِينَ وَالْمُؤْمِنَاتِ } وَقَالَ تَعَالَى : { وَمَا أَرْسَلْنَا مِنْ قَبْلِكَ مِنْ رَسُولٍ إلَّا نُوحِي إلَيْهِ أَنَّهُ لَا إلَهَ إلَّا أَنَا فَاعْبُدُونِ }

« Vu que toute la communauté de Mouhammad, qu’Allah le bénisse et le salue, sont des monothéistes ; et aucun monothéiste ne s’éternisera en enfer. Et le Monothéisme c’est ce qu’Allah a défini dans Son Livre et par la langue de Son messager qu’Allah le bénisse te le salue ; comme dans le verset « Dis, Allah est Un, Allah de qui toute la création dépend ; Il n’a pas eu d’enfant et n’est le fils de personne ; et personne ne lui est semblable. » Et cette sourate à elle seule vaut un tiers du Coran ; ainsi que le verset « Dis Ô vous les mécréants, je n’adore pas ce que vous adorez, vous n’êtes pas adorateurs de Celui que j’adore, et je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez, et vous n’êtes pas adorateurs de Celui que j’adore ; à vous votre religion et à moi ma religion. » Et Allah a dit « Sache qu’il n’y a de vrai dieu sauf Allah, et demande le pardon de ton péché ainsi que pour les croyants et les croyantes. » Et Allah a dit « Et Nous n’avons envoyé avant toi de messagers sans leur révéler qu’il n’y a de vrai dieu que Moi ; adorez-Moi donc. » » [Majmoû‘ Al Fatâwâ 11/487]

Il est donc claire que celui qui donne un égal à Allah n’est pas inclus dans les propos d’Ibn Taymiya.

 

Points à retenir :


Ø  Les branches de l’Islam: c’est tout ce dont l’ignorance ou l’abandon n’entraine pas l’ignorance de l’Unicité d’Allah ou l’insoumission à la Loi enseignée par Son messager Mouhammad, qu’Allah le bénisse et le salue.

 

Ø  En principe, l’excuse pour l’ignorance ou l’erreur est accordée au musulman dans les branches de l’Islam élémentaires lorsque celui-ci est incapable de les avoir connues, jusqu’à ce que la preuve lui soit présentée.

 

Ø  Une fois que la preuve est présentée au musulman et qu’il est capable de comprendre : il n’est plus excusé pour son ignorance ou sa mauvaise compréhension, et s’il continu à s’y opposer il devient apostat.

 

Ø  L’élémentaire et le subtil sont des valeurs qui dépendent de l’état de l’enseignement de l’Islam dans la région et l’époque.

 

Ø  Lorsque le fondement de l’Islam devient un enseignement subtil dans certaines époques -à cause du manque de prêcheur à la vérité et du grand nombre de prêcheur au mal- et que les gens ne sont plus capable de comprendre le fondement de la religion : on se retrouve dans une époque de rupture. Ainsi le mécréant qui meurt dans une telle époque ne méritera pas automatiquement l’enfer comme le mentionna Ibn Taymiya concernant certains Tatars qui adoraient des poupées et du feu.



[1] Note : Ces choses furent interdites ou obligatoires à leurs insu, ils ne savaient pas qu’ils commettaient des interdictions ni qu’ils délaissaient des obligations.

[2] Note : Ceci est exact : il est imposable à tout être humain d’avoir Foi en la prophétie de Mouhammad, que la Paix d’Allah soit sur lui.

[3] Note : Ceci est faux : il n’est pas imposable à tout être humain de connaître toute les lois du prophète, que la Paix d’Allah soit sur lui.

Partager cet article

Repost 0
Published by muwahhidin-vs-talafi - dans La Croyance | Aqida
commenter cet article

commentaires

 

Tahakoum

 

  Le-Takfir-copie-1.jpg

 

  notion-de-base.jpgfleche2.jpg

  fleche.jpgReponse-aux-ambiguites.jpg

 

Comprendre l'Islam avec facilité

 

Comment se reconvertir a l'Islam

Recherche

  8365-حَدَّثَنَا فُضَيْلُ بْنُ عِيَاضٍ ، عَنِ الأَعْمَشِ ، عَنْ خَيْثَمَة ، عَنْ عَبْدِ اللهِ بْنِ عَمْرٍو , قَالَ : يَأْتِي عَلَى النَّاسِ زَمَانٌ يَجْتَمِعُونَ وَيُصَلُّونَ فِي الْمَسَاجِدِ وَلَيْسَ فِيهِمْ مُؤْمِنٌ. [مستدرك الحاكم برقم ٨٣٦٥]


Foudhayl Ibn Iyadh nous   rapporte, d’après Al-Amach, d’après Haythama, d’après Abd’Allah Ibn Amr   -qu’Allah les agrée- qui a dit : « Viendra au gens une époque ou il se rassemblerons et prierons dans les mosquées sans qu’il n’y est parmi eux, un seul croyant. » (Musulman Authentifié et rapporté par Al-Hakim n°8365, Ibn Abi Chayba n°30992, Kanz Al-Oumal n°31109, Al-Ajouri dans Al-shari’a page 87, Faryabi dans Sifat Al-Mounafiq n°101

 

30244- حَدَّثَنَا وَكِيعٌ ، عَن مُوسَى بْنِ عُبَيْدَةَ ، عَن وَهْبِ بْنِ وَهْبٍ ، عَن سَعِيدِ بْنِ الْمُسَيَّبِ ، عَن عُمَرَ ، أَنَّهُ كَانَ يَقُولُ إذَا اسْتَلَمَهُ يَعْنِي الْحَجَرَ : آمَنْت بِاللهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٠٢٤٤]

 

Wakihrapporte, d’après Moussa Ibn Oubayda, d’après Wahb Ibn Wahb, d’après Saïd Ibn Al Moussayib, que Omar Ibn Al Khattab -qu'Allah les agrées- lorsqu’il touchait la pierre noir, disait : « J’ai Foi en Allah et je mécroie au Taghout » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°30244 et n°16044

 

3518- حَدَّثَنَا حَاتِمُ بْنُ إسْمَاعِيلَ ، عَنْ جَعْفَرٍ ، عَنْ أَبِيهِ ، قَالَ : كَانَ عَلِيُّ بْنُ الْحُسَيْنِ يُعَلِّمُ وَلَدَهُ يَقُولُ قُلْ آمَنْت بِاَللَّهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٥١٨]

 

Hatim Ibn Ismaïl rapporte d'après jaffar, d'après sont père qui dit: « Ali Ibn Al Housseyn -qu'Allah les agrées- enseignait a son fils ces paroles : « Dis : J’ai cru en Allah et mécru au Taghout. » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°351

 

 

Mouadh Ibn Jabal –qu’Allah l’agrée- a dit : « J’accepte la vérité de quiconque l’apporte même si c’est un mécréant ou un pervers, et méfiez vous de l’égarement du sage, ils ont dis : comment savoir lorsqu’un mécréant dit une parole de vérité ? Il dit : la vérité est lumière. » Authentique rapporté par Abou Daoud n°4611 (202/4) Al-Hakim n°8422 (4/507) Bayhaqi n°20705 (10/210) Dhahabi 1/405 Majmoû‘Al Fatâwâ

Catégories