Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 06:35

Les conditions d’apostasie

Dans le Droit islamique ; la condition -en arabe « Al Chart » (الشرط  )- désigne la norme dont le statut dépend : si elle n’est pas concrétisée le statut ne peut exister.

 

Exemple : Être saint d’esprit est une condition d’apostasie : celui qui est fou ne peut être jugé apostat, mais celui qui est saint d’esprit n’est pas forcément apostat, tant qu’il ne commet aucun acte d’apostasie.

 

Une condition d’apostasie désigne donc : la norme qui doit nécessairement exister pour pouvoir décréter l’apostasie de quelqu’un.

 

Les conditions d’apostasie se répartissent donc en 2 partis :


1)       Les conditions relatives à l’individu. (Il doit être conscient, responsable et libre)

 

2)       Les conditions relatives à l’acte de l’individu. (Qu’il commette un acte qui a clairement été désigné comme invalidant l’Islam par le Coran et la Sounna authentique)

 

·          Les conditions se rattachant à l’individu :

 

Ø   La responsabilité légale, c'est-à-dire qu’il doit être majeur et saint d’esprit.

Contrairement à un enfant ou un fou, ou inconscient (endormi, ivre etc.)…

 

Ø   L’intention; c'est-à-dire : commettre l’acte délibérément et exprès. 

Contrairement à faire un acte sans faire exprès.

 

Ø   Commettre l’acte par choix et librement.

Contrairement à celui qui est forcé sous la torture ou la menace de mort.

 

·          Les conditions se rattachant à l’acte :

 

Ø   Que l’acte ou la parole de l’individu soit net et précis, indiquant catégoriquement une mécréance.

 

Par contre s’il dit ou fait quelque chose qui peut être compris de deux manières différentes ; un sens mécréant et un sens non mécréant, alors ce n’est pas un acte net et précis, mais c’est un acte probable et confus.

 

Ø   Qu’une preuve légale indique clairement qu’il s’agit d’un acte causant l’apostasie.

 

Contrairement aux actes qu’aucune preuve n’indique clairement comme un acte causant l’apostasie.

 

Et il faut que le musulman prenne garde à ne pas prendre une autre source que le Coran et la Sounna selon la compréhension des Salafs pour déterminer l'Islam et ce qui s'y oppose; et de s'y référer strictement et scrupuleusement sans jamais se référer à quoi que ce soit d'autre.

 

L’obligation de se référer strictement au Coran, à la Sounna selon la compréhension des salafs dans le Takfîr et non sur la simple logique 

 

Cheykh Abdallah Aboû Boutayn dit:

وبالجملة: فيجب على من نصح نفسه، ألا يتكلم في هذه المسألة إلا بعلم وبرهان من الله؛ وليحذر من إخراج رجل من الإسلام بمجرد فهمه واستحسان عقله، فإن إخراج رجل من الإسلام أو إدخاله فيه، أعظم أمور الدين; وقد كفينا بيان هذه المسألة كغيرها، بل حكمها في الجملة أظهر أحكام الدين؛ فالواجب علينا: الاتباع وترك الابتداع، كما قال ابن مسعود رضي الله عنه: "اتبعوا ولا تبتدعوا فقد كفيتم".

  « Et globalement il faut que celui qui est sincère envers lui-même; ne se prononce pas dans ce sujet [le Takfîr] sauf si c'est sur base de connaissance et d'une preuve venant d'Allah. Et qu'il prenne garde d'exclure de l'Islam un homme uniquement sur base de sa propre conception et de sa propre évaluation car le fait de bannir un homme de l'Islam ou l'y faire entrer est la plus sérieuse des affaires de la religion. Et nous avons déjà suffisamment expliqué ce sujet ainsi que d'autres; et d'ailleurs son statut est le plus évident des statuts de la religion. Il nous est donc obligatoire de se conformer strictement [au Coran et à la Sounna] et de renoncer à toute innovation comme le disait Ibn Mas3oûd qu'Allah l'agrée: "Conformez vous et n'innovez pas; ce que vous avez-vous suffit" » [Dourar As-Saniyya 10/374]


Cette règle est élémentaire, elle revient au fondement de la Sounna qui est l’obligation de se conformer strictement à la Sounna du prophète.

 

Ainsi, lorsqu’on accuse un homme d’être sortit de l’Islam cela doit être sur base de preuves du Coran et de la Sounna déduites selon la procédure des Salafs Sâlih, et quiconque se base sur quoi que ce soit d’autre que cela est un innovateur égaré.

 

Ainsi celui qui applique le Takfîr sur une personne ou un groupe de gens, sans apporter la preuve que les Salafs appliquaient le Takfîr d’après ce procédé, tu sauras que c’est un égaré.

 

·          Les conditions pour confirmer l’acte d’une personne responsable :


Ø   Que le crime soit confirmé par une procédure correcte basée sur la certitude.

 

Contrairement aux soupçons, probabilités, incertitudes, mensonges etc.

 

Et ceci se confirme soit par :

 

Ø   L’aveu du coupable.

 

Ø   Le témoignage d’une personne fiable.

 

Si une personne est accusée d’avoir commis une apostasie, mais que l’accusation provienne d’une personne connue pour mentir, ou inconnue, ou que cela n’est qu’une rumeur ou que c’est non confirmé ou autre : il n’y a pas d’apostasie.

 

Définition simplifiée : est apostat toute personne consciente et responsable de ses actes et libre, qui commet un acte ou prononce une parole que les textes divins authentiques ont clairement désigné comme une cause de sortie de l’Islam.

 

Points à retenir :


Ø   Celui qui commet un acte d’apostasie sans faire exprès n’est pas apostat.

 

Ø   Il y a une différence entre ne pas faire exprès de faire quelque chose, et faire exprès de la faire en ignorant que cela provoque l’apostasie.

 

Ø   Celui qui prononce une parole dont il ignore la signification, ou commet un acte dont il ignore la signification ne devient pas apostat, car il n’a pas fait exprès de faire ce qu’il a fait.

 

Ø   Celui qui est contraint de faire une apostasie, n’est pas jugé apostat.


Celui qui commet un acte d’apostasie exprès et sans y être contraint : il est apostat.

Partager cet article

Repost 0
Published by muwahhidin-vs-talafi
commenter cet article

commentaires

 

Tahakoum

 

  Le-Takfir-copie-1.jpg

 

  notion-de-base.jpgfleche2.jpg

  fleche.jpgReponse-aux-ambiguites.jpg

 

Comprendre l'Islam avec facilité

 

Comment se reconvertir a l'Islam

Recherche

  8365-حَدَّثَنَا فُضَيْلُ بْنُ عِيَاضٍ ، عَنِ الأَعْمَشِ ، عَنْ خَيْثَمَة ، عَنْ عَبْدِ اللهِ بْنِ عَمْرٍو , قَالَ : يَأْتِي عَلَى النَّاسِ زَمَانٌ يَجْتَمِعُونَ وَيُصَلُّونَ فِي الْمَسَاجِدِ وَلَيْسَ فِيهِمْ مُؤْمِنٌ. [مستدرك الحاكم برقم ٨٣٦٥]


Foudhayl Ibn Iyadh nous   rapporte, d’après Al-Amach, d’après Haythama, d’après Abd’Allah Ibn Amr   -qu’Allah les agrée- qui a dit : « Viendra au gens une époque ou il se rassemblerons et prierons dans les mosquées sans qu’il n’y est parmi eux, un seul croyant. » (Musulman Authentifié et rapporté par Al-Hakim n°8365, Ibn Abi Chayba n°30992, Kanz Al-Oumal n°31109, Al-Ajouri dans Al-shari’a page 87, Faryabi dans Sifat Al-Mounafiq n°101

 

30244- حَدَّثَنَا وَكِيعٌ ، عَن مُوسَى بْنِ عُبَيْدَةَ ، عَن وَهْبِ بْنِ وَهْبٍ ، عَن سَعِيدِ بْنِ الْمُسَيَّبِ ، عَن عُمَرَ ، أَنَّهُ كَانَ يَقُولُ إذَا اسْتَلَمَهُ يَعْنِي الْحَجَرَ : آمَنْت بِاللهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٠٢٤٤]

 

Wakihrapporte, d’après Moussa Ibn Oubayda, d’après Wahb Ibn Wahb, d’après Saïd Ibn Al Moussayib, que Omar Ibn Al Khattab -qu'Allah les agrées- lorsqu’il touchait la pierre noir, disait : « J’ai Foi en Allah et je mécroie au Taghout » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°30244 et n°16044

 

3518- حَدَّثَنَا حَاتِمُ بْنُ إسْمَاعِيلَ ، عَنْ جَعْفَرٍ ، عَنْ أَبِيهِ ، قَالَ : كَانَ عَلِيُّ بْنُ الْحُسَيْنِ يُعَلِّمُ وَلَدَهُ يَقُولُ قُلْ آمَنْت بِاَللَّهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٥١٨]

 

Hatim Ibn Ismaïl rapporte d'après jaffar, d'après sont père qui dit: « Ali Ibn Al Housseyn -qu'Allah les agrées- enseignait a son fils ces paroles : « Dis : J’ai cru en Allah et mécru au Taghout. » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°351

 

 

Mouadh Ibn Jabal –qu’Allah l’agrée- a dit : « J’accepte la vérité de quiconque l’apporte même si c’est un mécréant ou un pervers, et méfiez vous de l’égarement du sage, ils ont dis : comment savoir lorsqu’un mécréant dit une parole de vérité ? Il dit : la vérité est lumière. » Authentique rapporté par Abou Daoud n°4611 (202/4) Al-Hakim n°8422 (4/507) Bayhaqi n°20705 (10/210) Dhahabi 1/405 Majmoû‘Al Fatâwâ

Catégories