Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 06:45

La mauvaise compréhension.


La mauvaise compréhension, en arabe « Al Ta’wîl » (التأويل  ) est le fait de penser avoir raison alors qu’on a tord.

 

Ses causes :


Interpréter un mot en lui donnant un autre sens que son sens apparent.

 

Donner à une preuve légale un sens figuré suite à un effort de compréhension ou à cause d’une ambiguïté provoquant la non compréhension de la preuve, ou la mauvaise compréhension de celle-ci, en pensant qu’une preuve n’en est pas une, ou en se basant sur un Hadîth faible en le pensant authentique : ce qui amène l’individu à faire ou dire ce qui s’oppose à l’enseignement du prophète sans se rendre compte qu’il contredit l’enseignement du prophète ; ce qui empêche la présence de l'intention, qui est une condition d’apostasie.

 

Ibn Taymiya a dit :

وَأَمَّا " التَّكْفِيرُ " : فَالصَّوَابُ أَنَّهُ مَنْ اجْتَهَدَ مِنْ أُمَّةِ مُحَمَّدٍ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ وَقَصَدَ الْحَقَّ فَأَخْطَأَ : لَمْ يُكَفَّرْ ؛ بَلْ يُغْفَرُ لَهُ خَطَؤُهُ . وَمَنْ تَبَيَّنَ لَهُ مَا جَاءَ بِهِ الرَّسُولُ فَشَاقَّ الرَّسُولَ مِنْ بَعْدِ مَا تَبَيَّنَ لَهُ الْهُدَى وَاتَّبَعَ غَيْرَ سَبِيلِ الْمُؤْمِنِينَ : فَهُوَ كَافِرٌ 

« Quant au « Takfîr » l’avis exacte est que quiconque parmi la communauté de Mouhammad –qu’Allah le bénisse et le salue- s’efforce d’atteindre la vérité et désir y parvenir mais se trompe : l ne devient pas mécréant, et son erreur lui sera même pardonnée. Quant à celui qui se rend compte de l’enseignement du messager d’Allah puis fait scission d’avec le messager après s’être rendu compte de la vérité et suis un autre chemin que celui des croyants : c’est un mécréant. » [Majmoû3 Al Fatâwâ 12/180]


Note : La communauté de Mouhammad désigne les monothéistes qui ne donnent aucun associé à Allah, Ibn Taymiya dit :

إذْ جَمِيعُ أُمَّةِ مُحَمَّدٍ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ مُوَحِّدُونَ وَلَا يُخَلَّدُ فِي النَّارِ مِنْ أَهْلِ التَّوْحِيدِ أَحَدٌ 

« Vu que toute la communauté de Mouhammad, qu’Allah le bénisse et le salue, sont des monothéistes ; et aucun monothéiste ne s’éternisera en enfer. » [Majmoû‘ Al Fatâwâ 11/487]

 

            Si cette mauvaise interprétation amène a croire qu'un autre qu'Allah mérite d'être invoqué ou adoré ou qu'un autre qu'Allah remplit les fonctions de la Seigneurie; ou qu'un autre que le prophète doit être suivit pour adorer Allah: alors cette mauvaise interprétation ne peut empêcher son auteur de sortir de l'Islam.


La preuve de cette règle est la parole d’Allah « Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne un associé… » Sourate 4 verset 48.

 

Et Allah a dit : « 103] Dis: "Voulez-vous que Nous vous apprenions lesquels sont les plus grands perdants, en œuvres? [104] Ceux dont l'effort, dans la vie présente, s'est égaré, alors qu'ils s'imaginent faire le bien 105] Ceux-là qui ont nié les signes de leur Seigneur, ainsi que Sa rencontre. Leurs actions sont donc vaines". Nous ne leur assignerons pas de poids au Jour de la Résurrection. [106] C'est que leur rétribution sera l'Enfer, pour avoir mécru et pris en raillerie Mes signes (enseignements) et Mes messagers. » Sourate 18. 

 

‘Abdallah Aboû Boutayn a dit:

فالمدعي أن مرتكب الكفر متأولا، أو مجتهدا أو مخطئا، أو مقلدا أو جاهلا، معذور، مخالف للكتاب والسنة، والإجماع بلا شك، مع أنه لا بد أن ينقض أصله، فلو طرد أصله كفر بلا ريب، كما لو توقف في تكفير من شك في رسالة محمد صلى الله عليه وسلم ونحو ذلك. 

« Celui qui prétend que l’auteur d’une mécréance par mauvaise compréhension, par effort, par erreur, par conformisme ou par ignorance est excusé : il s’oppose au Coran, à la Sounna ainsi que l’unanimité, sans aucun doute ; en plus il sera forcé de contredire son principe, sinon il deviendra mécréant sans aucun doute : si par exemple il ne juge pas mécréant celui qui doute du message de Mouhammad, qu’Allah le bénisse et le salue, ou quelque chose comme ça. » [Dourar As-Saniyya 12/72, 73]

 

De même, la cause principale de la présence d’idolâtrie sur la terre est la mauvaise interprétation tes textes divins : si la mauvaise compréhension était une excuse même pour celui qui adore un autre qu’Allah, il faudrait alors excuser tous les polythéistes or ceci s'oppose totalement à l'enseignement de l'Islam.

 

Ibn Al Qayyim dit au sujet des chrétiens :

وبالتأويل جعلوا الله ثالث ثلاثة وجعلوا المسيح ابنه وجعلوه هو الله فقالوا هذا وهذا وهذا تعالى الله عن قولهم وبالتأويل تركوا الختان وأباحوا الخنزير وهم يعلمون أن المسيح اختتن وحرم الخنزير وبالتأويل نقلوا الصوم من محله إلى الفصل الربيعي وزادوه حتى صار خمسين يوما وبالتأويل عبدوا الصليب والصور وبالتأويل فارقوا حكم التوراة والإنجيل 

« Et c’est à cause de la mauvaise compréhension qu’ils ont considéré qu’Allah est le troisième de trois, qu’ils prirent le Messih pour Son fils, et le considérèrent comme étant Allah ; ils dirent ça, ça et ça, qu’Allah soit élevé au dessus de ce qu’ils disent. Et c’est encore à cause de la mauvaise compréhension qu’ils cessèrent la circoncision et qu’ils légalisèrent le porc bien qu’ils savaient que le Messih fut circoncis et interdisait le porc. Et c’est avec la mauvaise compréhension qu’ils ont changé la période du jeûne en la mettant au printemps et qu’ils l’ont augmenté à 50 jours. Et c’est à cause de la mauvaise compréhension qu’ils adorèrent la croix et les images, et avec la mauvaise compréhension qu’ils firent scission de la loi de la Torah et de l’Évangile. » [As-Sawâ3iq Al Moursala 1/364]

 

Et Cheykh Soulaymân Ibn Sahmân dit :

وهل أوقع الاتحادية والحلولية فيما هم عليه من الكفر البواح، والشرك العظيم، والتعطيل لحقيقة وجود رب العالمين إلا خطأهم في هذه الباب الذي اجتهدوا فيه فضلوا وأضلوا عن سواء السبيل، وهل قَتل الحلاج باتفاق أهل الفتوى على قتله إلا بضلال اجتهاده، وهل كفر القرامطة، وانتحلوا ما انتحلوه من الفضائح الشنيعة، وخلع ربقة الشريعة إلا اجتهادهم فيما زعموا، وهل قالت الرافضة ما قالت، واستباحت ما استباحت من الكفر والشرك وعبادة الأئمة الإثني عشر وغيرهم، ومسبة أصحاب رسول الله صلى الله عليه وسلم، وأم المؤمنين إلا باجتهادهم فيما زعموا هؤلاء، هؤلاء سلف العراقي في قوله: إن كل خطأ مغفور، وهذا لازم لهم لا محيص عنه، فقف هنا واستصحب ما ذكر هنا في رد ما يأتي. والمقصود أن هؤلاء الجهال أوردوا كلام شيخ الإسلام ظناً منهم أن كل اجتهاد وكل خطأ مغفور، وأن الجهمية المنكرين لعلوا الله على خلقه، وعباد القبور المتخذين الأنداد والآلهة من دونه داخلون في هذا الكلام، وأنه مغفور لهم خطؤهم.سبحانك هذا بهتان عظيم.

  « Et la doctrine de l’unique existence[1] et de l’incarnation[2], et tout ce qu’elle inclut comme mécréance limpide et comme Chirk immense, et l’abolition de l’existence du Seigneur des monde ne furent ils pas causé par l’erreur qu’ils firent par effort de compréhension, où ils s’égarèrent et égarèrent les gens du droit chemin ? Et est-ce que la raison pour laquelle Al Hallâj fut exécuté à l’unanimité des juristes fut elle autre chose que son égarement dans son effort de compréhension ? Et l’impiété des Qarâmita, et ce qu’ils se sont emparés comme infamie,  et la Chari3a qu’ils ont défait de leurs coups ; tous ceci ne fut-il pas causé par leur prétendu effort de compréhension ? Et les Râfida, n’ont-ils pas professé ce qu’ils ont professé, et légalisé ce qu’ils ont légalisé comme impiété et idolâtrie et culte des 12 imams et d’autres, et les insultes envers les compagnons du messager d’Allah que la paix et le salue soient sur lui, et envers les mères des croyants, tous cela ne fut il pas le fruit de leur prétendu effort de compréhension ? Et tout ceux-là sont antérieur à Al 3Irâqî dans sa doctrine : « Toute erreur est pardonnée » Et ceci leur implique indubitablement, fait donc suivre ce qu’il fut dit ici… Ce qu’on veut dire, ces que ces gens là ont rapporté ces propos de Cheykh Al Islam en pensant que sa parole concernait tout effort de compréhension et que toute erreur est pardonnée, et que les Jahmya qui contestent l’élévation d’Allah  au dessus de Sa création, ainsi que les adorateurs de tombeaux qui prennent des divinités et des égaux en dehors de Lui, sont inclus dans cette parole et que leurs erreurs sont pardonnées. Gloire à Toi, c’est une immense calomnie. » [Kachf Choubouhatayn page 80]

 

Donc; la mauvaise interprétation qui empêche de sortir de l'Islam concerne celui qui par mauvaise compréhension adhère à des innovations qui ne s'opposent pas au monothéisme en soi.

 

La preuve de cette règle est la parole d’Allah : « Ô notre Seigneur ! Ne nous punis pas s’il nous arrivait d’oublier ou de nous tromper. » Sourate 2 verset 286.

 

Ainsi que l’unanimité des compagnons, qui considéraient la mauvaise compréhension d’une loi comme un empêchement d’apostasie, lorsque le compagnon Qoudâma Ibn Madh‘oûn avait bu du vin avec certains de son groupe, pensant que cela lui était permis en sur base du verset :


« Ce n'est pas un péché pour ceux qui ont la foi et font de bonnes œuvres en ce qu'ils ont consommé, pourvu qu'ils soient pieux, et qu'ils croient, et qu'ils fassent de bonnes œuvres; puis qui (continuent) d'être pieux et de croire et qui (demeurent) pieux et bienfaisants. Car Allah aime les bienfaisants. » Sourate 5 verset 93.

 

Ce compagnon pensa que ce verset prouve que lorsqu’une personne est pieuse et fait de bonnes actions, il a alors le droit de boire du vin et de manger ce qu’il veut. Alors, lorsqu’Abou Hourayra et d’autres, ainsi que la femme de Qoudâma, témoignèrent de ce qu’il avait fait devant ‘Omar Ibn Al Khattâb, qu’Allah les agrée tous, ce dernier décida de lui appliquer soit la peine de l’ivrogne s’il se repentait de son interprétation du verset et avouait l’interdiction du vin, soit la peine de l’apostat s’il ne se rétractait pas de son interprétation, et continuait de croire que le vin est licite.

 

Ibn Taymiya a dit :

ألا ترى أن قدامة بن مظعون وكان بدريا تأول في خلافة عمر ما تأول في استحلال الخمر من قوله تعالى: {لَيْسَ عَلَى الَّذِينَ آمَنُوا وَعَمِلُوا الصَّالِحَاتِ جُنَاحٌ فِيمَا طَعِمُوا} الآية حتى أجمع رأي عمر وأهل الشورى أن يستتاب هو أصحابه فإن أقروا بالتحريم جلدوا وإن لم يقروا به كفروا ثم إنه تاب وكاد ييأس لعظم ذنبه في نفسه حتى أرسل إليه عمر رضي الله عنه بأول سورة غافر 

« Ne vois-tu pas que Qoudâma Ibn Madh‘oûn, qui fut un combattant de la batail de Badr, interpréta lors du Califat d’Omar, son interprétation de la permission du vin, sur base du verset Ce n'est pas un péché pour ceux qui ont la foi et font de bonnes œuvres en ce qu'ils ont consommé au point qu’Omar et tout les gens du conseil consultatif furent d’avis de lui ordonné de se rétracter, lui et ses compagnons ; et que s’ils acceptaient l’interdiction du vin ils seraient fouetter, et s’ils ne l’acceptaient pas ils seraient alors apostat. Ensuite, il [Qoudâma] se rétracta, et manqua de désespérer [du pardon d’Allah] vu la grandeur de son péché, jusqu’à ce qu’Omar lui envoi un messager pour lui récité le premier verset de la Sourate « Le pardonneur. » » [Sârim Al Masloûl, page 530]

 

Et il dit :

وأما الفرائض الأربع فإذا جحد وجوب شيء منها بعد بلوغ الحجة فهو كافر، وكذلك من جحد تحريم شيء من المحرمات الظاهرة المتواتر تحريمها، كالفواحش والظلم والكذب والخمر ونحو ذلك، وأما من لم تقم عليه الحجة مثل أن يكون حديث عهد بالإسلام، أو نشأ ببادية بعيدة لم تبلغه فيها شرائع الاسلام ونحو ذلك، أو غلط فظن أن الذين آمنوا وعملوا الصالحات يستثنون من تحريم الخمر، كما غلط في ذلك الذين استتابهم عمر وأمثال ذلك، فإنهم يستتابون وتقام الحجة عليهم، فإن أصروا كفروا حينئذ ولا يحكم بكفرهم قبل ذلك؛ كما لم يحكم الصحابة بكفر قدامة بن مظعون وأصحابه لما غلطوا فيما غلطوا فيه من التأويل‏.

  « Quant aux quatre obligations (Prière, Zakat, Jeûne et pèlerinage) celui qui renie le caractère obligatoire de quoi que ce soit d’entre elles, il est mécréant. Il en est de même pour celui qui renie l’interdiction des interdictions élémentaires et avérée comme la turpitude, l’injustice, le mensonge, le vin et les choses comme ça. Par contre, si la preuve ne lui a pas été présentée, comme c’est le cas de celui qui vient de se convertir ou qui a grandit dans un désert lointain à qui les lois de l’Islam ne sont pas parvenue, ou encore celui qui se trompe et pense que ceux qui ont la Foi et font de bonnes œuvres font exception à l’interdiction du vin ; comme se trompèrent ceux qu’Omar appela au repentir : on les invite à se rétracter et on leur présente les preuves, et s’ils continuent après cela ils deviennent mécréant, et on ne les juge pas mécréant avant cela ; tout comme les compagnons ne jugèrent pas Qoudâma Ibn Madh‘oûn et ses compagnons mécréants lorsqu’ils qu’ils se trompèrent dans leur interprétation. » [Majmoû‘ Al Fatâwâ 7/609, 610]

 

Et Ibn Taymiya dit aussi:

فالمتأول والجاهل المعذور ليس حكمه حكم المعاند والفاجر بل قد جعل الله لكل شيء قدرًا‏. 

« Le statut de l’interprète et l’ignorant excusés n'est pas le statut du rebelle et du libertin : Allah à donner à toute chose sa juste mesure. » [Majmoû3 Al Fatâwâ 3/288]

 

Al Qâdhî ‘Iyâdh a dit :

إدخال كافر في الملة وإخراج مسلم عنها عظيم في الدين وقال غيرهما من المحققين: الذى يجب الاحتراز من التكفير في أهل التأويل فإن استباحة دماء المصلين الموحدين خطر

« Inclure un mécréant dans la religion, et bannir un musulman [de la religion] sont deux choses terribles dans la religion, et plus d’un investigateur a stipulé qu’il faut faire preuve de précaution en ce qui concerne l’excommunication de ceux qui se trompe dans leur interprétation, car le faite d’autoriser de tuer les prieurs monothéistes est un grand danger. » [Ach-Chifâ 2/277]

 

Note : Nous avons souligné le terme « Monothéistes » dans la parole du Qâdhî ‘Iyâdh, afin de démontrer que l’excuse pour mauvaise compréhension ne concerne que les monothéistes.

 

La mauvaise compréhension est donc une excuse pour le musulman dans tout ce qui concerne les points dont ne dépendent pas la connaissance de l’Unicité d’Allah et de la prophétie de Mouhammad comme lois et les rituelles, et certaines information du monde de l’invisible comme certains attributs de l’Être d’Allah tel Ses deux Mains, Ses deux Yeux, Son Visage, ou encore les détailles du Paradis, de l’Enfer, du jour du jugement etc. à condition que ce soit une compréhension qui puisse être suggérée par la langue arabe.

 

Ibn Hajar Al 'Asqalânî dit:

قَالَ الْعُلَمَاء كُلُّ مُتَأَوِّلٍ مَعْذُورٌ بِتَأْوِيلِهِ لَيْسَ بِآثِمٍ إِذَا كَانَ تَأْوِيله سَائِغًا فِي لِسَان الْعَرَب وَكَانَ لَهُ وَجْه فِي الْعِلْم .

« Les savants ont dit que toute personne qui a une mauvaise interprétation est excusée et n'est pas pécheresse si son interprétation est suggérée par la langue arabe et qu'il a lui-même un niveau de science. » [Fath Al Bârî 12/304]

 

Et lorsque la preuve est établie contre l'innovateur; alors son interprétation n'est plus une excuse et il devient mécréant.

 

Points à retenir :


Ø  L’erreur d’interprétation n’est une excuse que pour le monothéiste qui n’adore qu’Allah et désavoue le Tâghoût.

 

Ø  L’erreur d’interprétation consiste à mal comprendre la signification d’un texte sur base d’un Hadîth faible ou d’une ambiguïté.

 

Ø  Lorsque l’erreur d’interprétation mène à donner un égal à Allah ou à croire en la prophétie d’un autre que Mouhammad, ce n’est pas une excuse.

 

Ø  L’excuse pour mauvaise compréhension cesse dès que la preuve est apportée et expliquée à l’opposant, puis que celui-ci persiste par refus et orgueil.

 

Ø  Les hérétiques monothéistes sont tous victime d’une mauvaise compréhension.

 

Lorsque les preuves sont expliquées aux hérétiques monothéistes, puis qu’ils persistent par refus et orgueil, ils deviennent mécréants, comme par exemple les Khawârij, les Mourji’a non extrémistes, les Qadariya non extrémistes, les Mou’tazila non extrémistes, les Achâ‘ira… etc.



[1] N.T. L'unique existence (Wahdat Al Woujoud) c'est le fait de croire que seul Allah existe; et que tout ce qui existe n'est autre qu'Allah.

[2] N.T. L'incarnation (Al Ittihâd) c'est le fait de croire qu'Allah existe dans la création, tout en affirmant l'existance des deux êtres: Le Créateur existe dans la créature comme le sucre est dissous dans le thé. Qu'Allah soit élevé au dessus de ces impiétés infâmes.

Partager cet article

Repost 0
Published by muwahhidin-vs-talafi
commenter cet article

commentaires

 

Tahakoum

 

  Le-Takfir-copie-1.jpg

 

  notion-de-base.jpgfleche2.jpg

  fleche.jpgReponse-aux-ambiguites.jpg

 

Comprendre l'Islam avec facilité

 

Comment se reconvertir a l'Islam

Recherche

  8365-حَدَّثَنَا فُضَيْلُ بْنُ عِيَاضٍ ، عَنِ الأَعْمَشِ ، عَنْ خَيْثَمَة ، عَنْ عَبْدِ اللهِ بْنِ عَمْرٍو , قَالَ : يَأْتِي عَلَى النَّاسِ زَمَانٌ يَجْتَمِعُونَ وَيُصَلُّونَ فِي الْمَسَاجِدِ وَلَيْسَ فِيهِمْ مُؤْمِنٌ. [مستدرك الحاكم برقم ٨٣٦٥]


Foudhayl Ibn Iyadh nous   rapporte, d’après Al-Amach, d’après Haythama, d’après Abd’Allah Ibn Amr   -qu’Allah les agrée- qui a dit : « Viendra au gens une époque ou il se rassemblerons et prierons dans les mosquées sans qu’il n’y est parmi eux, un seul croyant. » (Musulman Authentifié et rapporté par Al-Hakim n°8365, Ibn Abi Chayba n°30992, Kanz Al-Oumal n°31109, Al-Ajouri dans Al-shari’a page 87, Faryabi dans Sifat Al-Mounafiq n°101

 

30244- حَدَّثَنَا وَكِيعٌ ، عَن مُوسَى بْنِ عُبَيْدَةَ ، عَن وَهْبِ بْنِ وَهْبٍ ، عَن سَعِيدِ بْنِ الْمُسَيَّبِ ، عَن عُمَرَ ، أَنَّهُ كَانَ يَقُولُ إذَا اسْتَلَمَهُ يَعْنِي الْحَجَرَ : آمَنْت بِاللهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٠٢٤٤]

 

Wakihrapporte, d’après Moussa Ibn Oubayda, d’après Wahb Ibn Wahb, d’après Saïd Ibn Al Moussayib, que Omar Ibn Al Khattab -qu'Allah les agrées- lorsqu’il touchait la pierre noir, disait : « J’ai Foi en Allah et je mécroie au Taghout » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°30244 et n°16044

 

3518- حَدَّثَنَا حَاتِمُ بْنُ إسْمَاعِيلَ ، عَنْ جَعْفَرٍ ، عَنْ أَبِيهِ ، قَالَ : كَانَ عَلِيُّ بْنُ الْحُسَيْنِ يُعَلِّمُ وَلَدَهُ يَقُولُ قُلْ آمَنْت بِاَللَّهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٥١٨]

 

Hatim Ibn Ismaïl rapporte d'après jaffar, d'après sont père qui dit: « Ali Ibn Al Housseyn -qu'Allah les agrées- enseignait a son fils ces paroles : « Dis : J’ai cru en Allah et mécru au Taghout. » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°351

 

 

Mouadh Ibn Jabal –qu’Allah l’agrée- a dit : « J’accepte la vérité de quiconque l’apporte même si c’est un mécréant ou un pervers, et méfiez vous de l’égarement du sage, ils ont dis : comment savoir lorsqu’un mécréant dit une parole de vérité ? Il dit : la vérité est lumière. » Authentique rapporté par Abou Daoud n°4611 (202/4) Al-Hakim n°8422 (4/507) Bayhaqi n°20705 (10/210) Dhahabi 1/405 Majmoû‘Al Fatâwâ

Catégories