Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 06:41

L’ignorance.

 

L’ignorance empêche le musulman de sortir de l’Islam ; lorsqu’il va à l’encontre d’un enseignement du messager d’Allah qu’il n’a pas encore appris ; à condition qu’il ait Foi qu’Allah est Unique, et qu’il ne Lui donne aucun associé.


Par contre s’il Lui donne un associé alors aucune excuse ne l’empêche de sortir de l’Islam. Allah a dit : « Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne un associé, et Il pardonne ce qui est moindre que cela à qui Il veut. » Sourate 4 verset 48.

 

Quant au musulman monothéiste -qui cherche à se protéger de la colère d’Allah et désir Le satisfaire- ignore les enseignements du prophète : cette ignorance ne le fait pas sortir de l’Islam :

Allah a dit : « Il ne sied pas à Allah d’égarer un peuple après les avoir guidé ; tant qu’il ne leur a pas montré ce qui les préservent de Sa colère. » [Sourate 9 verset 115]

 

Et Allah a dit : « Votre Seigneur S'est prescrit à Lui-même la miséricorde. Et quiconque d'entre vous a fait un mal par ignorance, et ensuite s'est repenti et s'est réformé... Il est, alors, Pardonneur et Miséricordieux". » [Sourate 6 verset 54]

 

Ibn Hazm dit :

ولا خلاف في أن امرأ لو أسلم ولم يعلم شرائع الإسلام فاعتقد أن الخمر - حلال , وأن ليس على الإنسان صلاة , وهو لم يبلغه حكم الله تعالى لم يكن كافرا بلا خلاف يعتد به , حتى إذا قامت عليه الحجة فتمادى حينئذ بإجماع الأمة فهو كافر 

« Il n’existe aucune divergence quant au faite que si un homme se convertit à l’Islam, et ne connait pas les lois de l’Islam et par conséquent croit que l’alcool est licite, et que l’homme n’est pas tenu de prier et que le jugement d’Allah ne lui est pas parvenu sur ces choses là : il n’est pas mécréant, et il n’y a aucune divergence prise en compte à ce sujet jusqu’à ce que la preuve lui soit présentée et qu’il persiste ; dès lors et à l’unanimité de la communauté : il est mécréant. » [Al Mahallâ 11/206]

 

Ibn Taymiya dit :

ولا يجب أن يحكم في كل شخص قال ذلك بأنه كافر حتى يثبت في حقه شروط التكفير، وتنتفى موانعه، مثل من قال‏:‏ إن الخمر أو الربا حلال؛ لقرب عهده بالإسلام، أو لنشوئه في بادية بعيدة، أو سمع كلاما أنكره ولم يعتقد أنه من القرآن ولا أنه من أحاديث رسول اللّه صلى الله عليه وسلم، كما كان بعض السلف ينكر أشياء حتى يثبت عنده أن النبي صلى الله عليه وسلم قالها، وكما كان الصحابة يشكون في أشياء مثل رؤية الله وغير ذلك حتى يسألوا عن ذلك رسول اللّه صلى الله عليه وسلم، ومثل الذي قال‏:‏‏"‏ إذا أنا مِتُّ فاسحقوني، وذروني في اليم؛ لعلي أضل عن الله، ونحو ذلك‏"‏؛ فإن هؤلاء لا يكفرون حتى تقوم عليهم الحجة بالرسالة، كما قال اللّه تعالى‏:‏ ‏{‏لِئَلاَّ يَكُونَ لِلنَّاسِ عَلَى اللّهِ حُجَّةٌ بَعْدَ الرُّسُلِ ‏}‏ ‏[‏النساء‏:‏ 165‏]‏ وقد عفى الله لهذه الأمة عن الخطأ والنسيان‏.

  « Il n’est pas obligatoire de juger mécréant tout individu tenant de tels propos tant que ne sont pas confirmé pour son cas précis les conditions de sortie de l’Islam et l’extinction des empêchements. Par exemple, celui qui dit que l’alcool et l’usure sont licites, à cause qu’il vient de se convertir à l’Islam ou qu’il ait grandit dans un désert lointain. Ou par exemple : celui qui entend une parole et la rejette, ne croyant pas qu’elle provient du Coran ou des Hadîth du prophète, que la paix d’Allah soit sur lui. Et certains salafs contestaient certaines choses tant qu’il ne leur était pas confirmé qu’elles furent enseigné par le messager d’Allah, que la paix d’Allah soit sur lui ; c’est comme certains compagnons qui doutèrent de certains choses, comme le fait de voir Allah le jour du jugement, jusqu’à ce qu’ils eurent confirmation de cela de la part du messager d‘Allah, que la paix d’Allah soit sur lui. Et aussi, comme l’homme qui avait dit « Lorsque je mourrai, brûlez moi et jetez mes cendres dans le fleuve, afin que je puisse échapper à Allah » et les choses comme ça. Ces gens là ne sortent pas de l’Islam tant que la preuve du messager ne leur est pas présentée, comme l’a dit Allah : « Afin que les gens n’ait plus aucun argument devant Allah, après l’envoi des messagers. » Sourate 4 verset 165. Et Allah a pardonné à cette communauté l’erreur et l’oubli. » [Majmoû‘ Al Fatâwâ 35/165-166]

 

·          Règle : L’ignorance est une excuse pour celui qui est incapable de faire cesser cette ignorance, car incapable d’accéder à la preuve nécessaire pour connaître le sujet qu’il ignore.


Par contre, s’il capable d’y accéder, mais ne s’y intéresse pas ; il n’est pas excusé. La preuve de cette règle est la parole d’Allah : « Et ceux qui ont mécru se dédaignent de ce qui leur a été avertit. » (Sourate 46 verset 3)

 

Et Allah a dit : « Et ce Coran m'a été révélé pour que je vous avertisse, par sa voie, vous et tous ceux qu'il atteindra. » Sourate 6 verset 19.

 

Ibn Qoudâma Al Maqdissi[1] dit :

وَلَا خِلَافَ بَيْنَ أَهْلِ الْعِلْمِ فِي كُفْرِ مَنْ تَرَكَهَا جَاحِدًا لِوُجُوبِهَا ، إذَا كَانَ مِمَّنْ لَا يَجْهَلُ مِثْلُهُ ذَلِكَ، فَإِنْ كَانَ مِمَّنْ لَا يَعْرِفُ الْوُجُوبَ ، كَحَدِيثِ الْإِسْلَامِ ، وَالنَّاشِئِ بِغَيْرِ دَارِ الْإِسْلَامِ أَوْ بَادِيَةٍ بَعِيدَةٍ عَنْ الْأَمْصَارِ وَأَهْلِ الْعِلْمِ ، لَمْ يُحْكَمْ بِكُفْرِهِ ، وَعُرِّفَ ذَلِكَ ، وَتُثْبَتُ لَهُ أَدِلَّةُ وُجُوبِهَا ، فَإِنْ جَحَدَهَا بَعْدَ ذَلِكَ كَفَرَ .وَأَمَّا إذَا كَانَ الْجَاحِدُ لَهَا نَاشِئًا فِي الْأَمْصَارِ بَيْنَ أَهْلِ الْعِلْمِ ، فَإِنَّهُ يُكَفَّرُ بِمُجَرَّدِ جَحْدِهَا ، وَكَذَلِكَ الْحُكْمُ فِي مَبَانِي الْإِسْلَامِ كُلِّهَا ، وَهِيَ الزَّكَاةُ وَالصِّيَامُ وَالْحَجُّ ؛ لِأَنَّهَا مَبَانِي الْإِسْلَامِ ، وَأَدِلَّةُ وُجُوبِهَا لَا تَكَادُ تَخْفَى ، إذْ كَانَ الْكِتَابُ وَالسُّنَّةُ مَشْحُونَيْنِ بِأَدِلَّتِهَا ، وَالْإِجْمَاعُ مُنْعَقِدٌ عَلَيْهَا ، فَلَا يَجْحَدُهَا إلَّا مُعَانِدٌ لِلْإِسْلَامِ ، يَمْتَنِعُ مِنْ الْتِزَامِ الْأَحْكَامِ ، غَيْرُ قَابِلٍ لِكِتَابِ اللَّهِ تَعَالَى وَلَا سُنَّةِ رَسُولِهِ وَلَا إجْمَاعِ أُمَّتِهِ .

  « Il n’y a pas de divergence entre les savants quant à la mécréance de celui qui abandonne [la prière] en reniant son obligation, si une personne comme lui ne peut ignorer [qu’elle est obligatoire]. Par contre, si une personne telle que lui n’en connait pas l’obligation, comme celui qui vient de se convertir à l’Islam, ou qui ne grandit pas dans une terre d’Islam, ou dans un désert loin des contrées où se trouvent les savants : il ne sera pas jugé mécréant.[2] Il faudra d’abord lui faire connaître [l’obligation de la prière] et lui confirmer les preuves de son obligation ; si après cela il en renie toujours l’obligation : il devient mécréant. Mais si celui qui en renie l’obligation est quelqu’un qui grandit dans une contrée où se trouvent les savants : il devient mécréant dès qu’il la renie. Et il en est de même pour tous les piliers de l’Islam qui sont la Zakât, le jeûne et le pèlerinage : car ce sont les piliers de l’Islam et les preuves de leurs caractère obligatoire n’échappe quasiment à personne, vu que le Coran et la Sounna sont rependus ainsi que leurs preuves, ceci fait objet de consensus. Le seul qui puisse renier son obligation est celui qui s’entête contre l’Islam et refuse de s’engager à ses lois et d’accepter le Livre d’Allah, la Sounna de Son prophète et le consensus de sa communauté. » [Al Moughnî 12/275]

 

            Al Qâdhî ‘Iyâdh dit :

وكذلك إن أنكر منكر مكة أو البيت أو المسجد الحرام أو صفة الحج أو قال الحج واجب في القرآن واستقبال القبلة كذلك ولكن كونه على هذه الهيأة المتعارفة وأن تلك البقعة هي مكة والبيت والمسجد الحرام لا أدرى هل هي تلك أو غيرها ولعل الناقلين أن النبي صلى الله عليه وسلم فسرها بهذه التفاسير غلطوا ووهموا فهذا ومثله لا مرية في تكفيره إن كان ممن يظن به علم ذلك وممن خالط المسلمين وامتدت صحبته لهم إلا أن يكون حديث عهد بإسلام فيقال له سبيلك أن تسأل عن هذا الذى لم تعلمه بعد كافة المسلمين فلا تجد بينهم خلافا كافة عن كافة إلى معاصر الرسول صلى الله عليه وسلم أن هذه الأمور كما قيل لك وإن تلك البقعة هي مكة والبيت الذى فيها هو الكعبة والقبلة التى صلى لها الرسول صلى الله عليه وسلم والمسلمون وحجوا إليها وطافوا بها وأن تلك الأفعال هي صفات عبادة الحج والمراد به وهى التى فعلها النبي صلى الله عليه وسلم والمسلمون وإن صفات الصلوات المذكورة هي التى فعل النبي صلى الله عليه وسلم وشرح مراد الله بذلك وأبان حدودها فيقع لك العلم كما وقع لهم ولا ترتاب بذلك بعد والمرتاب في ذلك والمنكر بعد البحث وصحبته المسلمين كافر باتفاق ولا يعذر بقوله لا أدرى ولا يصدق فيه بل ظاهره التستر عن التكذيب إذ لا يمكن أنه لا يدرى

  « De même, si quelqu’un venait à renier l’existence de la Mecque ou de la maison sacrée ou de la mosquée sacrée, ou la description des rites du pèlerinage, ou bien qui dit que certes le pèlerinage est obligatoire d’après le Coran tout comme le fait de se tourner vers la Qibla, mais par contre s’agit-il bien de cet endroit bien connu et de ce village qu’est la Mecque ? Et la mosquée sacrée je ne sais pas si c’est vraiment cette mosquée là ou non ? Peut-être que les rapporteurs qui ont affirmé que le prophète a interprété ces termes en désignant ces lieux-là se sont trompé et se sont fait des illusions ? » Une telle personne il n’y a pas la moindre hésitation à la juger mécréante si on suppose qu’elle connaît ces choses là comme ceux qui vivent parmi les musulmans et qui les accompagnent depuis une certaine période, sauf celui qui vient de se convertir à l’Islam. Celui-là nous lui disons : tu dois procéder à l’interrogation des musulmans au sujet de ces choses que tu ne connais pas et tu verras qu’il n’y en a pas un d’entre eux qui diverge, de génération en génération jusqu’à l’époque du messager d’Allah, que ces choses sont comme on te l’a dit, et que ce village est bien la Mecque, et que la maison qui s’y trouve est bien la Ka3ba, et qu’elle est la direction vers laquelle se tournait le messager d’Allah –qu’Allah le bénisse et le salue- lors de ses prières, et c’est là que les musulmans vont faire leur pèlerinage et autour de laquelle ils tournent [par vénération pour Allah] et que toutes ces pratiques sont les descriptions des rituelles du pèlerinage et que c’est bien ça qui est voulu par le pèlerinage et c’est ce qu’a pratiqué le prophète -qu’Allah le bénisse et le salue- ainsi que les musulmans ; et que la description des cinq prières évoquées sont bien celles pratiquées par le prophète -qu’Allah le bénisse et le salue- et dont il expliqua la volonté d’Allah et exposa sa réglementation. Il faut que tu saches maintenant, comme ceux-là l’ont su et tu ne doit pas en douter.

Et celui qui continue à rejeter ces faits après avoir cherché et avoir fréquenté les musulmans : c’est un mécréant à l’unanimité et il n’est pas excusé par sa prétention « Je ne sais pas ! » et on ne peut croire une telle prétention. Au contraire ; il est évident qu’il essaie de cacher son démentit, vu qu’il est absolument impossible qu’il ne sache pas ça. »


Jusqu’à ce qu’il dise :

وكذلك من أنكر شيئا مما نص فيه القرآن بعد علمه أنه من القرآن الذى في أيدى الناس ومصاحف لمسلمين ولم يكن   جاهلا به ولا قريب عهد بالإسلام واحتج لإنكاره أما بأنه لم يصح النقل عنده ولا بلغه العلم به أو لتجويز الوهم على ناقله فنكفره بالطريقين المتقدمين لأنه مكذب للقرآن مكذب للنبى صلى الله عليه وسلم لكنه تستر بدعواه 

« Et de même, celui qui rejette quoi que ce soit qui fut noté dans le Coran après avoir su que cela vient du Coran, et que cela se trouve dans le Coran qui est entre les mains des gens et des les « Moçhaf » des musulmans, et qu’il n’est pas ignorant ni nouveau dans l’Islam, et qu’il prétexte pour justifier son rejet que ce rapport n’est pas authentique, ou qu’il n’a pas été informé de ça, ou qu’il considère possible que celui qui l’a rapporté se soit fait une illusion : nous jugeons une telle personne mécréante d’après le même procédé que celui qui précède : parce qu’il dément le Coran et qu’il dément le prophète, qu’Allah le bénisse et le salue, mais il essaie de dissimuler ce démentit par ces prétextes. »  [Ach-Chifâ 2/288-289]


Note : Ceci concerne les lois élémentaires que tout musulman est sensé connaitre. Par contre, en ce qui concerne les thèmes plus complexes qui nécessitent une étude approfondie et un bagage scientifique : l’étendue de l’excuse pour l’ignorance de ces choses là est beaucoup plus vaste ; il sera nécessaire que l’individu comprenne les preuves, puis s’il les refuse après que la vérité lui soit apparue alors il devient mécréant. 

 

Question : Est-ce que l’ignorance empêche également celui qui adore un autre qu’Allah de sortir de l’Islam ?


Réponse : Non l’ignorance n’empêche pas de sortir de l’Islam dans ce qui contredit l’Unicité d’Allah ni la Foi en la prophétie de Mouhammad. L’ignorance de ces deux principes empêche au contraire d’entrer dans l’Islam et non d’en sortir. [Voir page 163]

 

Et certains prétendent qu’il est une hérésie de faire une différence entre l’ignorance du monothéisme et l’ignorance dans le reste des thèmes de la religion, mais Cheykh ‘Abdallah Aboû Boutayn expliqua ce point :


يعتبر فهم الحجة، في الأمور التي تخفى على كثير من الناس، وليس فيها مناقضة للتوحيد والرسالة، كالجهل ببعض الصفات. وأما الأمور التي هي مناقضة للتوحيد، والإيمان بالرسالة، فقد صرح رحمه الله في مواضع كثيرة بكفر أصحابها، وقتلهم بعد الاستتابة، ولم يعذرهم بالجهل، مع أنا نتحقق أن سبب وقوعهم في تلك الأمور، إنما هو الجهل بحقيقتها؛ فلو علموا أنها كفر تخرج من الإسلام، لم يفعلوها. 

« On prend en considération la compréhension de la preuve dans les sujets qui peuvent échapper à beaucoup de gens, qui ne viennent pas contredire l’Unicité d’Allah ni la prophétie, comme par exemple le fait d’ignorer certains attributs d’Allah. Par contre les sujets qui contredisent directement l’Unicité d’Allah et la Foi en la prophétie, [Ibn Taymiya] a clairement stipulé dans plus d’un passage que celui qui en est coupable est un mécréant, et qu’il doit être exécuté s’il continue après qu’il ait été appelé à se rétracter ; et il ne l’excusa pas sous prétexte de l’ignorance !


Surtout que nous savons que la seule raison pour laquelle [ces gens] tombent dans la mécréance c’est justement parce qu’ils ignorent [le statut] véritable de ce qu’ils commettent, car s’ils savaient que c’était une mécréance qui est expulse de l’Islam ils ne l’auraient jamais fait ! » [Dourar As-Saniyya 10/368] Et le chapitre 12 sera consacré à répondre à cette prétention plus en détaille.

 

Points à retenir :


Ø   L’excuse par ignorance ne concerne que les musulmans monothéistes, et non ceux qui adorent d’autre qu’Allah ou ne croient pas en Son Unicité.

 

Ø   Les enseignements élémentaires de l’Islam ne peuvent être connus qu’après la transmission de la preuve.

 

Ø   L’excuse d’ignorer les choses élémentaires cesse dès que la preuve est accessible à l’individu.

 

Ø  Pour les sujets élémentaires, il n’est pas une condition que l’individu ait lu ou entendu la preuve : la preuve lui est établie dès qu’elle lui est accessible et qu’il sait qu’elle lui est accessible.

 

Ø  L’excuse d’ignorer les sujets complexes est plus vaste que pour les choses élémentaires.

 

L’excuse d’ignorer les sujets complexes ne cesse qu’après que la preuve soit présentée, expliquée et comprise par l’individu.



[1]              Il est ‘Abdallah Ibn Ahmad Ibn Mouhammad Ibn Qoudâma Al Jamâ3ilî Al Maqdissî. Juriste érudit du Hadîth [541-620 h. 1147-1223 ap. J-C]

[2] C'est-à-dire : il n’est pas banni de l’Islam et reste musulman, tant qu’il est monothéiste.

Partager cet article

Repost 0
Published by muwahhidin-vs-talafi
commenter cet article

commentaires

 

Tahakoum

 

  Le-Takfir-copie-1.jpg

 

  notion-de-base.jpgfleche2.jpg

  fleche.jpgReponse-aux-ambiguites.jpg

 

Comprendre l'Islam avec facilité

 

Comment se reconvertir a l'Islam

Recherche

  8365-حَدَّثَنَا فُضَيْلُ بْنُ عِيَاضٍ ، عَنِ الأَعْمَشِ ، عَنْ خَيْثَمَة ، عَنْ عَبْدِ اللهِ بْنِ عَمْرٍو , قَالَ : يَأْتِي عَلَى النَّاسِ زَمَانٌ يَجْتَمِعُونَ وَيُصَلُّونَ فِي الْمَسَاجِدِ وَلَيْسَ فِيهِمْ مُؤْمِنٌ. [مستدرك الحاكم برقم ٨٣٦٥]


Foudhayl Ibn Iyadh nous   rapporte, d’après Al-Amach, d’après Haythama, d’après Abd’Allah Ibn Amr   -qu’Allah les agrée- qui a dit : « Viendra au gens une époque ou il se rassemblerons et prierons dans les mosquées sans qu’il n’y est parmi eux, un seul croyant. » (Musulman Authentifié et rapporté par Al-Hakim n°8365, Ibn Abi Chayba n°30992, Kanz Al-Oumal n°31109, Al-Ajouri dans Al-shari’a page 87, Faryabi dans Sifat Al-Mounafiq n°101

 

30244- حَدَّثَنَا وَكِيعٌ ، عَن مُوسَى بْنِ عُبَيْدَةَ ، عَن وَهْبِ بْنِ وَهْبٍ ، عَن سَعِيدِ بْنِ الْمُسَيَّبِ ، عَن عُمَرَ ، أَنَّهُ كَانَ يَقُولُ إذَا اسْتَلَمَهُ يَعْنِي الْحَجَرَ : آمَنْت بِاللهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٠٢٤٤]

 

Wakihrapporte, d’après Moussa Ibn Oubayda, d’après Wahb Ibn Wahb, d’après Saïd Ibn Al Moussayib, que Omar Ibn Al Khattab -qu'Allah les agrées- lorsqu’il touchait la pierre noir, disait : « J’ai Foi en Allah et je mécroie au Taghout » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°30244 et n°16044

 

3518- حَدَّثَنَا حَاتِمُ بْنُ إسْمَاعِيلَ ، عَنْ جَعْفَرٍ ، عَنْ أَبِيهِ ، قَالَ : كَانَ عَلِيُّ بْنُ الْحُسَيْنِ يُعَلِّمُ وَلَدَهُ يَقُولُ قُلْ آمَنْت بِاَللَّهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٥١٨]

 

Hatim Ibn Ismaïl rapporte d'après jaffar, d'après sont père qui dit: « Ali Ibn Al Housseyn -qu'Allah les agrées- enseignait a son fils ces paroles : « Dis : J’ai cru en Allah et mécru au Taghout. » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°351

 

 

Mouadh Ibn Jabal –qu’Allah l’agrée- a dit : « J’accepte la vérité de quiconque l’apporte même si c’est un mécréant ou un pervers, et méfiez vous de l’égarement du sage, ils ont dis : comment savoir lorsqu’un mécréant dit une parole de vérité ? Il dit : la vérité est lumière. » Authentique rapporté par Abou Daoud n°4611 (202/4) Al-Hakim n°8422 (4/507) Bayhaqi n°20705 (10/210) Dhahabi 1/405 Majmoû‘Al Fatâwâ

Catégories