Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 06:47

L'établissement de la preuve


La preuve est établie lorsqu'on est capable d'apprendre ce que le messager d'Allah a enseigné.


Ibn Taymiya dit:

وَالْحُجَّةُ عَلَى الْعِبَادِ إنَّمَا تَقُومُ بِشَيْئَيْنِ : بِشَرْطِ التَّمَكُّنِ مِنْ الْعِلْمِ بِمَا أَنْزَلَ اللَّهُ وَالْقُدْرَةِ عَلَى الْعَمَلِ بِهِ . فَأَمَّا الْعَاجِزُ عَنْ الْعِلْمِ كَالْمَجْنُونِ أَوْ الْعَاجِزِ عَنْ الْعَمَلِ فَلَا أَمْرَ عَلَيْهِ وَلَا نَهْيَ وَإِذَا انْقَطَعَ الْعِلْمُ بِبَعْضِ الدِّينِ أَوْ حَصَلَ الْعَجْزُ عَنْ بَعْضِهِ : كَانَ ذَلِكَ فِي حَقِّ الْعَاجِزِ عَنْ الْعِلْمِ أَوْ الْعَمَلِ بِقَوْلِهِ كَمَنْ انْقَطَعَ عَنْ الْعِلْمِ بِجَمِيعِ الدِّينِ أَوْ عَجَزَ عَنْ جَمِيعِهِ كَالْجُنُونِ مَثَلًا وَهَذِهِ أَوْقَاتُ الْفَتَرَاتِ

  « La preuve n'est établie contre les hommes qu'à deux conditions: Être capable d'apprendre ce qu'Allah a révélé; et être capable de le mettre en pratique. Par contre celui qui est incapable d'apprendre –comme le fou- ou alors celui qui est incapable de pratiquer: ceux là n'ont ni d'obligation ni d'interdiction. Et lorsque la connaissance d'une partie de la religion est rompue; ou qu'il y a incapacité à pratiquer une partie: ceci concerne celui qui est incapable d'apprendre ou de pratiquer selon ce qu'il dit tout comme celui qui est coupé de toute connaissance de la religion ou qui est incapable de pratiquer quoi que ce soit de la religion comme le fou par exemple; et ceci sont les périodes de ruptures. » [Majmoû3 Al Fatâwâ 20/59]

 

Et il dit:

وَلَكِنَّ طَاعَةَ الرَّسُولِ إنَّمَا تُمْكِنُ مَعَ الْعِلْمِ بِمَا جَاءَ بِهِ وَالْقُدْرَةِ عَلَى الْعَمَلِ بِهِ فَإِذَا ضَعُفَ الْعِلْمُ وَالْقُدْرَةُ صَارَ الْوَقْتُ وَقْتَ فَتْرَةٍ فِي ذَلِكَ الْأَمْرِ فَكَانَ وَقْتَ دَعْوَةٍ وَنُبُوَّةٍ فِي غَيْرِهِ فَتَدَبَّرْ هَذَا الْأَصْلَ فَإِنَّهُ نَافِعٌ جِدًّا وَاَللَّهُ أَعْلَمُ .

  "Cependant; obéir au prophète n'est possible que lorsqu'on connaît ce qu'il a enseigné et qu'on est capable de le pratiquer. Donc; lorsque la connaissance [de son enseignement] ou la capacité [de pratiquer] s'affaiblit; on se retrouve alors dans une période de rupture [du message] dans ce sujet et donc la période de prêche et de prophétie en est une autre. Sois donc attentif à ce principe car il est extrêmement utile. Et Allah demeure Le plus savant."[Majmoû3 Al Fatâwâ 19/71]

On note donc que lorsqu'un homme est incapable d'accéder aux enseignements du prophète ni de les comprendre, il n'est pas punissable pour son ignorance.

 

Ibn Al Qayyim dit:

قيام الحجة يختلف باختلاف الأزمنة والأمكنة والأشخاص فقد تقوم حجة الله على الكفار فى زمان دون زمان وفى بقعة وناحية دون أُخرى كما أنها تقوم على شخص دون آخر، إما لعدم عقله وتمييزه كالصغير والمجنون وإما لعدم فهمه كالذى لا يفهم الخطاب ولم يحضر ترجمان يترجم له. فهذا بمنزلة الأصم الذى لا يسمع شيئاً ولا يتمكن من الفهم

 "L'établissement de la preuve diffère en fonction des époques et des personnes; il arrive parfois que la preuve d'Allah soit établie contre les mécréant d'une époque mais pas dans une autre; et dans certaines régions et non dans d'autres. De même; il arrive que la preuve soit établie contre une personne et non contre une autre soit parce que la personne n'a pas de raison soit qu'elle est incapable de discernement comme c'est le cas pour l'enfant ou le fou; soit à cause qu'il n'est pas capable de comprendre la langue dans laquelle on s'adresse à lui; et que personne ne peut lui traduire. Celui là sera alors classé avec le sourd qui n'entend rien et qui n'est pas capable de comprendre." [Tarîq Al Hijratayn p. 114]

 

Ibn Hazm dit:

أما من لم يبلغه ذكره صلى الله عليه و سلم فإن كان موحدا فهو مؤمن على الفطرة الاولى صحيح الايمان، لا عذاب عليه في الآخرة، وهو من أهل الجنة، وإن كان غير موحد فهو من الذين جاء النص بأنه يوقد له يوم القيامة نار، فيؤمرون بالدخول فيها، فمن دخلها نجا، ومن أبى هلك. قال الله عز وجل: (وما كنا معذبين حتى نبعث رسولا) فصح أنه لا عذاب على كافر أصلا حتى يبلغه نذارة الرسول صلى الله عليه و سلم.

« Quant à celui à qui la mention du prophète, qu’Allah le bénisse et le salue, n’est pas parvenue : s’il était monothéiste et croyant sur son instinct d’une Foi valide ; alors il n’encoure aucun châtiment, et il comptera parmi les gens du Paradis. Par contre, s’il n’était pas monothéiste, il comptera parmi ceux qui furent mentionné dans le Hadîth auxquels, le jour du Jugement, sera présenté un feu, ils seront ordonné d’y entrer : ceux qui y entreront seront sauvé, et ceux qui refuseront seront perdus. Allah a dit « Nous ne punissons personne avant d’avoir envoyé un messager » Sourate 17 verset 15. Il est donc exact que nul mécréant ne sera punis tant que l’avertissement du messager ne lui est pas parvenu, que la paix et le salue soient sur lui. »[Al Ihkâm fî Ouçoûl Al Hakâm 5/686]

 

Mais l'établissement de la preuve ne signifie pas qu'il faille comprendre parfaitement ce qu'Allah a voulu dire. A contraire il y a beaucoup de mécréants contre qui la preuve fut établie et qui malgré cela ne comprenaient pas ce que le messager d'Allah voulait leur faire comprendre.

 

Mouhammad Ibn ‘Abdelwahhâb a dit :

إلى الإخوان، سلام عليكم ورحمة الله وبركاته. وبعد: ما ذكرتم من قول الشيخ: كل من جحد كذا وكذا، وقامت عليه الحجة، وأنكم شاكون في هؤلاء الطواغيت وأتباعهم، هل قامت عليهم الحجة؟ فهذا من العجب، كيف تشكون في هذا وقد أوضحته لكم مرارا؟! فإن الذي لم تقم عليه الحجة، هو الذي حديث عهد بالإسلام، والذي نشأ ببادية بعيدة، أو يكون ذلك في مسألة خفية، مثل الصرف والعطف، فلا يكفر حتى يعرف. وأما أصول الدين التي أوضحها الله وأحكمها في كتابه، فإن حجة الله هو القرآن، فمن بلغه القرآن فقد بلغته الحجة؛ ولكن أصل الإشكال، أنكم لم تفرقوا بين قيام الحجة، وبين فهم الحجة، فإن أكثر الكفار والمنافقين من المسلمين، لم يفهموا حجة الله مع قيامها عليهم، كما قال تعالى: {أَمْ تَحْسَبُ أَنَّ أَكْثَرَهُمْ يَسْمَعُونَ أَوْ يَعْقِلُونَ إِنْ هُمْ إِلَّا كَالْأَنْعَامِ بَلْ هُمْ أَضَلُّ سَبِيلاً} وقيام الحجة نوع، وبلوغها نوع، وقد قامت عليهم، وفهمهم إياها نوع آخر; وكفرهم ببلوغها إياهم، وإن لم يفهموها

« Je vous ai déjà expliqué cela de nombreuses fois : celui à qui la preuve n’a pas été établie est celui qui vient de se convertir à l’islam, ou qui vit dans un désert lointain, ou alors lorsque c’est dans des sujets complexe ou ambigu comme certains genre de sorcellerie[1] : celui la n’est mécréant qu’après explication.

Mais en ce qui concerne les fondements et règlements de la religion qu’Allah a nettement expliqué dans Son livre, alors le Coran est la preuve, et celui que le Coran atteint à reçut la preuve.

Mais l'origine même du problème, c’est que vous ne comprenez pas la différence entre l’établissement de la preuve, et la compréhension de la preuve : En effet la majorité des mécréants et les hypocrites parmi les musulmans n’ont pas compris la preuve d’Allah, malgré qu’elle est établie sur eux comme Allah le dit « Penses-tu que la plupart d’entre eux entendent ou comprennent ? Mais ils sont comme des bêtes, et plus égarés encore…» (Sourate 25 verset 44) L’établissement de la preuve est une chose, sa transmission est une chose, et elle est établie, mais la comprendre est une autre chose : ils sont devenu mécréant dès que la preuve leur est parvenue, même s’ils ne l’ont pas comprise. » [Dourar As-Saniyya 10/93-94]

 

Et Cheykh Hammad Ibn Nâçir Al Mou3ammar a dit:

والله تعالى: لا يعذب خلقه إلا بعد الإعذار إليهم، فأرسل رسله وأنزل كتبه، لئلا يقولوا: {لَوْلا أَرْسَلْتَ إِلَيْنَا رَسُولاً فَنَتَّبِعَ آيَاتِكَ وَنَكُونَ مِنَ الْمُؤْمِنِينَ} [سورة القصص آية : 47]، وقال: {وَلَوْ أَنَّا أَهْلَكْنَاهُمْ بِعَذَابٍ مِنْ قَبْلِهِ لَقَالُوا رَبَّنَا لَوْلا أَرْسَلْتَ إِلَيْنَا رَسُولاً فَنَتَّبِعَ آيَاتِكَ مِنْ قَبْلِ أَنْ نَذِلَّ وَنَخْزَى} [ سورة طه آية : 134]. وكل من بلغه القرآن فليس بمعذور؛ فإن الأصول الكبار، التي هي أصل دين الإسلام، قد بينها الله تعالى في كتابه، وأوضحها وأقام بها حجته على عباده. وليس المراد بقيام الحجة أن يفهمها الإنسان فهما جليا، كما يفهمها من هداه الله ووفقه، وانقاد لأمره; فإن الكفار قد قامت عليهم الحجة من الله تعالى، مع إخباره بأنه جعل على قلوبهم أكنة أن يفقهوا كلامه، فقال: {وَجَعَلْنَا عَلَى قُلُوبِهِمْ أَكِنَّةً أَنْ يَفْقَهُوهُ وَفِي آذَانِهِمْ وَقْراً} [سورة الأنعام آية : 25].

"Et Allah –Sanctifié soit Il- ne punit aucune créature avant de les avoir avertie; Il leur a donc envoyé les messagers et Il a descendu les Livres afin que nul ne puisse dire "Si au moins Tu nous avais envoyé un messager nous l'aurions suivit et nous aurions été des croyants" et Allah a dit "Et si nous les avions détruit par le châtiment avant cela; ils auraient dit "Seigneur! Si au moins Tu nous avais envoyé un messager nous l'aurions suivit avant que Tu ne nous humilie et ne nous couvre de honte". Et toute personne à qui le Coran est parvenu n'a alors plus aucune excuse. En effet; les grands principes de l'Islam qui constituent les fondements de la religion Islamique ont été exposés par Allah dans Son Livre et Il les a énoncé de la plus claire des manières; et a ainsi établi la preuve contre Ses serviteurs.

Et l'établissement de la preuve ne veut pas dire que l'homme comprenne parfaitement cette preuve aussi bien que ceux qu'Allah a guidé et fait réussir et qui se sont soumis à Son commandement, vu que la preuve est belle et bien dressée contre les mécréants alors qu'Allah nous a annoncé qu'Il a scellé leur cœur afin qu'ils ne comprennent pas Sa Parole; "Nous avons certes scellé leurs oreilles afin qu'ils ne comprennent pas…" Sourate 6 verset 25." [Dourar As Saniyya 11/73]

 

Mouhammad Ibn Ibrâhîm Âl Cheykh[2] dit:

ثم الذين توقفوا في تكفير المعين في الأَشياء التي قد يخفى دليلها فلا يكفر حتى تقوم عليه الحجة الرسالية من حيث الثبوت والدلالة فإذا أُوضحت له الحجة بالبيان الكافي كفر سواء فهم، أَو قال: ما فهمت، أَو فهم وأَنكر، ليس كفر الكفار كله عن عناد. وأَما ما علم بالضرورة أَن الرسول جاء به وخالفه فهذا يكفر بمجرد ذلك ولا يحتاج إلى تعريف سواء في الأصول أَو الفروع ما لم يكن حديث عهد بالإسلام.

            « On s’abstient de déclarer mécréant l’individu précis pour les choses dont la preuve peut lui échapper; dans ce cas il ne devient pas mécréant tant que la preuve du message lui soit établie par [des textes dont l'authenticité] est confirmée et dont la signification [est claire]. Puis une fois que la preuve lui est établie avec une explication suffisante, il devient mécréant [s'il continue] et ça ne change rien qu’il ait comprit ou qu’il dise : « Je n’ai pas compris » ou bien qu’il ait comprit et rejeté ; la mécréance n’est pas uniquement l’entêtement. Quant à ce qui est inévitablement connu en matière de religion, ou que le prophète est venu avec, et qu’il s’y oppose, une telle personne devient mécréante par le seul fait de cela et il n’y a pas besoin de le lui faire connaître, que ce soit dans les fondements de la religion ou dans les branches, à part celui qui est nouveau dans l’islam. » [Fatâwâ Wa Rasâ'il Mouhammad Ibn Ibrâhîm 1/74]

 

Notons que lorsqu’on dit que comprendre la preuve n’est pas une condition du Takfîr, ceci concerne celui qui a la capacité de comprendre le sens des versets que l’on lui transmet. Car la capacité d’apprendre est une condition de l’établissement de la preuve comme nous l’avons vu. Ainsi, lorsque les sens du Coran sont inaccessible aux gens et qu’il n’existe personne pour prêcher et expliquer la vérité aux égarés : on considérera que les gens sont des païens en période de rupture, et que s’ils meurent ainsi ils ne seront pas punis dans l’au-delà, mais ils seront testé comme nous l’avons vu précédemment.


Ibn Taymiya dit:

كذلك من دعا غير الله وحج إلى غير الله هو أيضا مشرك والذي فعله كفر لكن قد لا يكون عالما بأن هذا شرك محرم كما أن كثيرا من الناس دخلوا في الاسلام من التتار وغيرهم وعندهم أصنام لهم صغار من لبد وغيره وهم يتقربون اليها ويعظمونها ولا يعلمون أن ذلك محرم في دين الاسلام ويتقربون إلى النار أيضا ولا يعلمون أن ذلك محرم فكثير من أنواع الشرك قد يخفى على بعض من دخل في الإسلام ولا يعلم أنه شرك فهذا ضال وعمله الذي أشرك فيه باطل لكن لا يستحق العقوبة حتى تقوم عليه الحجة

      « Et aussi, celui qui invoque un autre qu’Allah ou fait le pèlerinage pour un autre qu’Allah est aussi un Mouchrik, et ce qu’il commet est une mécréance, mais il se  peut qu’il ne sache pas que ceci est du Chirk illicite, comme c’est le cas de beaucoup de gens qui entrent dans l’Islam chez les Tatars et autres qu’eux, et qui ont des petites statuettes d’étoffe ou autre, auxquels ils rendent des cultes et qu’ils vénèrent, sans savoir que ceci est interdit dans la religion de l’Islam, ou encore offrent des cultes au feu, sans savoir que ceci est interdit. Et ainsi, beaucoup de formes de Chirk échappent à certains qui entrent dans l’Islam qui ne savent pas que ceci est du Chirk, une telle personne est donc égarée et son acte dans lequel il a associé est vain, mais elle ne mérite pas de châtiment tant que la preuve ne lui est pas parvenue. " [Ar Radd 3Alâ Al 'Akhnâ'î pp. 61, 62]

 

Et la plupart des arabes étaient sortit de l’Islam à l’époque de l’imam Mouhammad Ibn ‘Abdelwahhâb, et bien que ces gens lisaient tous le Coran et que les preuves de leur mécréance étaient entre leur mains : la plupart des savants du Nejd estimèrent que ces gens étaient dans une période de rupture et se retenaient d’affirmer qu’ils méritent le châtiment dans l’au-delà comme nous allons le constater :


Hammad Ibn Nâçir Al Mou3ammar dit :

إن هؤلاء الذين ماتوا قبل ظهور هذه الدعوة الإسلامية، وظاهر حالهم الشرك، لا نتعرض لهم، ولا نحكم بكفرهم ولا بإسلامهم؛ بل نقول: من بلغته هذه الدعوة المحمدية، وانقاد لها، ووحد الله، وعبده وحده لا شريك له، والتزم شرائع الإسلام، وعمل بما أمره الله به، وتجنب ما نهاه عنه،  فهذا من المسلمين الموعودين بالجنة، في كل زمان وفي كل مكان. وأما من كانت اله حال أهل الجاهلية، لا يعرف التوحيد الذي بعث الله رسوله يدعو إليه، ولا الشرك الذي بعث الله رسوله ينهى عنه، ويقاتل عليه، فهذا لا يقال إنه مسلم لجهله؛ بل من كان ظاهر عمله الشرك بالله، فظاهره الكفر، فلا يستغفر له ولا يتصدق عنه، ونكل حاله إلى الله الذي يبلو السرائر، ويعلم ما تخفي الصدور.

« Ceux qui moururent avant l’apparition de cet appel islamiques, et qui étaient apparemment en état d’idolâtrie, nous ne nous préoccupons pas d'eux et ne leur donnons ni le statut de mécréant ni de musulman. Mais nous disons : celui à qui le message de Mouhammad est parvenu et y adhère et pratique l’unicité d’Allah et L’adore sans aucun associé, et adopte les lois de l’Islam et pratique ce qu’Allah lui a ordonné et s’écarte de ce qu’Il a interdit : celui là est au nombre des musulmans promis au Paradis à toute époque et en tout lieu. Par contre, celui qui se trouve dans la situation des païens et ne connais pas le monothéisme pour lequel Allah envoya Son messager pour y inviter l’humanité, et ne connais pas l’idolâtrie contre lequel Allah envoya Son messager pour l’interdire, et se bat pour le protéger : on ne dira pas d’une telle personne qu’elle est musulmane à cause de son ignorance, mais au contraire : celui dont l’acte apparent est l’idolâtrie, eh bien il sera manifestement mécréant ; on ne demande pas pardon pour lui ni ne donne d’aumône pour lui, et nous laissons son sort entre les mains d’Allah qui connait les secrets cachés et ce que cachent les cœurs. » [Dourar As-Saniyya 11/75,76]

 

Housseyn, et ‘Abdallah fils de Mouhammad Ibn ‘Abdelwahhâb ont dit :

من مات من أهل الشرك، قبل بلوغ هذه الدعوة، فالذي يحكم عليه: أنه إذا كان معروفا بفعل الشرك، ويدين به، ومات على ذلك، فهذا ظاهره أنه مات على الكفر، ولا يدعى له، ولا يضحى له، ولا يتصدق عنه؛ وأما حقيقة أمره، فإلى الله تعالى، فإن كان قد قامت عليه الحجة في حياته وعاند، فهذا كافر في الظاهر والباطن، وإن كان لم تقم عليه الحجة فأمره إلى الله تعالى. وأما سبه ولعنه فلا يجوز، بل لا يجوز سب الأموات مطلقا، كما في صحيح البخاري، عن عائشة رضي الله عنها: أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال: "لا تسبوا الأموات، فإنهم قد أفضوا إلى ما قدموا" ، إلا إن كان أحدا من أئمة الكفر، وقد اغتر الناس به، فلا بأس بسبه إذا كان فيه مصلحة دينية، والله أعلم.

« Celui qui meurt parmi les adeptes de l’idolâtrie avant que ne lui parvienne cette prêche, nous jugeons que : s’il était connu pour pratiquer de l’idolâtrie et le prenait pour mode de vie et est mort ainsi : celui là est manifestement mort sur l’impiété : on ne fait pas de prière pour lui ni ne sacrifie pour lui ni ne donne d’aumône pour lui. Pour ce qui est de la réalité de son sort : cela appartient à Allah. Si la preuve lui a été établie de son vivant mais qu’il l’a refusé, c’est alors un mécréant extérieurement et intérieurement. Si, par contre, la preuve ne lui fut pas établie, alors son sort revient à Allah.[3] Pour ce qui est de l’insulter ou de le maudire, ce n’est pas permis. Il n’est même pas permis d’insulté les morts du tout, comme cela fut stipulé dans le Hadîth que rapporte Al Boukhârî d’après ‘A’icha qu’Allah l’agrée, que le prophète –que la paix d’Allah soit sur lui- a dit « n’insultez pas les morts… » Sauf s’il était un leader de la mécréance à cause de qui les gens se sont égarés, là il n’y a pas de mal à l’insulter s’il y a un intérêt légal à cela, et Allah est plus savant. » [Dourar As-Saniyya 10/142]


            Nous voyons donc que bien que ces gens lisaient le Coran : le fait est que les sens du Coran ne leur était plus expliqué mais au contraire ils ont grandit de génération en génération sur ce paganisme et n’étaient plus capable de comprendre le sens originel du Coran bien que ces gens étaient arabophones. Ainsi lorsque les savants disent que comprendre la preuve n’est pas une condition : ils veulent dire que celui qui est capable de la comprendre puis ne la comprend pas : il n’est pas excusé.

      

      Quant à celui qui n’est pas capable de la comprendre, ce n’est pas forcément celui qui ne parle pas du tout la langue arabe, ce n’est pas forcément l’esquimau ou l’indien du fin font de l’Amazonie : c’est également celui qui à cause des mensonges et manipulation des prêcheurs du mal qui donnent au Coran des sens mensongers, et que cet homme ne trouve personne qui lui explique la vérité à ce sujet : celui-là est incapable de comprendre la preuve et donc la preuve n’est pas établie contre lui : s’il meurt avant qu’il ait eu la capacité de comprendre il ne sera pas punis mais il sera éprouvé le jour du jugement comme le reste des gens de la rupture, et Allah sait mieux.



[1]              Certaines formes de sorcellerie dans lesquelles il n'apparaît pas clairement de culte envers le diable mais qui ressemble à de la médecine ou autre…

[2]              Il est Mouhammad Ibn Ibrâhîm Ibn ‘Abdellatîf  Ibn ‘Abderrahmân Ibn Hassan Ibn Mouhammad Ibn ‘Abdelwahhâb. 1311-1389 de l’hégire (1894-1969).

[3]              Notez bien que nous parlons de païens qui vivaient dans la péninsule arabique vers le 18ième siècle, que ces gens étaient arabes et lisaient le Coran, et ne vivaient pas dans la forêt amazonienne : cela nous montre que les gens de la rupture ne sont pas forcément ceux qui vivent loin de la civilisation, mais c’est toute période dans laquelle la capacité de comprendre ou d’apprendre la vérité est difficile ou impossible.

Partager cet article

Repost 0
Published by muwahhidin-vs-talafi
commenter cet article

commentaires

 

Tahakoum

 

  Le-Takfir-copie-1.jpg

 

  notion-de-base.jpgfleche2.jpg

  fleche.jpgReponse-aux-ambiguites.jpg

 

Comprendre l'Islam avec facilité

 

Comment se reconvertir a l'Islam

Recherche

  8365-حَدَّثَنَا فُضَيْلُ بْنُ عِيَاضٍ ، عَنِ الأَعْمَشِ ، عَنْ خَيْثَمَة ، عَنْ عَبْدِ اللهِ بْنِ عَمْرٍو , قَالَ : يَأْتِي عَلَى النَّاسِ زَمَانٌ يَجْتَمِعُونَ وَيُصَلُّونَ فِي الْمَسَاجِدِ وَلَيْسَ فِيهِمْ مُؤْمِنٌ. [مستدرك الحاكم برقم ٨٣٦٥]


Foudhayl Ibn Iyadh nous   rapporte, d’après Al-Amach, d’après Haythama, d’après Abd’Allah Ibn Amr   -qu’Allah les agrée- qui a dit : « Viendra au gens une époque ou il se rassemblerons et prierons dans les mosquées sans qu’il n’y est parmi eux, un seul croyant. » (Musulman Authentifié et rapporté par Al-Hakim n°8365, Ibn Abi Chayba n°30992, Kanz Al-Oumal n°31109, Al-Ajouri dans Al-shari’a page 87, Faryabi dans Sifat Al-Mounafiq n°101

 

30244- حَدَّثَنَا وَكِيعٌ ، عَن مُوسَى بْنِ عُبَيْدَةَ ، عَن وَهْبِ بْنِ وَهْبٍ ، عَن سَعِيدِ بْنِ الْمُسَيَّبِ ، عَن عُمَرَ ، أَنَّهُ كَانَ يَقُولُ إذَا اسْتَلَمَهُ يَعْنِي الْحَجَرَ : آمَنْت بِاللهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٠٢٤٤]

 

Wakihrapporte, d’après Moussa Ibn Oubayda, d’après Wahb Ibn Wahb, d’après Saïd Ibn Al Moussayib, que Omar Ibn Al Khattab -qu'Allah les agrées- lorsqu’il touchait la pierre noir, disait : « J’ai Foi en Allah et je mécroie au Taghout » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°30244 et n°16044

 

3518- حَدَّثَنَا حَاتِمُ بْنُ إسْمَاعِيلَ ، عَنْ جَعْفَرٍ ، عَنْ أَبِيهِ ، قَالَ : كَانَ عَلِيُّ بْنُ الْحُسَيْنِ يُعَلِّمُ وَلَدَهُ يَقُولُ قُلْ آمَنْت بِاَللَّهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٥١٨]

 

Hatim Ibn Ismaïl rapporte d'après jaffar, d'après sont père qui dit: « Ali Ibn Al Housseyn -qu'Allah les agrées- enseignait a son fils ces paroles : « Dis : J’ai cru en Allah et mécru au Taghout. » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°351

 

 

Mouadh Ibn Jabal –qu’Allah l’agrée- a dit : « J’accepte la vérité de quiconque l’apporte même si c’est un mécréant ou un pervers, et méfiez vous de l’égarement du sage, ils ont dis : comment savoir lorsqu’un mécréant dit une parole de vérité ? Il dit : la vérité est lumière. » Authentique rapporté par Abou Daoud n°4611 (202/4) Al-Hakim n°8422 (4/507) Bayhaqi n°20705 (10/210) Dhahabi 1/405 Majmoû‘Al Fatâwâ

Catégories