Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 08:15

L’argument selon lequel l’imam Aboû Bakr Ibn Al ‘Arabî voyait l’excuse d’ignorance dans le Chirk


Certains se basent sur ce que rapporte Mouhammad Al Qâsimî dans son Tafsîr comme propos d’Aboû Bakr Ibn Al ‘Arabî :

« Si l’ignorant ou celui qui commet une erreur parmi les adeptes de cette communauté, même s’il fait un acte de kufr ou de shirk dont l’auteur en principe, devient soit mushrik soit kafir, il est excusable en raison de son ignorance et de son erreur jusqu’à ce que lui soit établit de façon claire et limpide, loin de toute confusion, la preuve d’Allah qui voue à la mécréance celui qui ne s’y soumet pas ; et qu’il renie ensuite un point élémentaire de la religion, relevant du consensus recensé de façon sûre, et que tout musulman connait machinalement et sans réfléchir. »

 

La réponse : Lorsqu’on reprend le passage en question depuis le début, on comprend qu’Ibn Al ‘Arabî parle ici de la petite mécréance et du petit Chirk qui ne font pas sortir de l’Islam et qui ne s’opposent pas à l’Unicité d’Allah. Voici les propos contenu dans le Tafsîr d’Al Qâsimî :

تنبيه: حيثما وقع في حديث: من فعل كذا فقد أشرك أو فقد كفر –لا يراد به الكفر المخرج عن الملة والشرك الأكبر المخرج عن الإسلام الذي تجري عليه أحكام الردة واليعاذ بالله. وقد قال البخاري: باب كفران العشير و كفر دون كفر. قال القاضي أبو بكر ابن العربي في شرحه: مراده أن يبيّن أن الطاعات كما تسمى إيمانا كذلك المعاصي تسمى كفرا. لكن حيث يطلق عليها الكفر لا يراد عليه الكفر المخرج عن الملة. فالجاهل والمخطئ من هذه الأمة ولو عمل من الكفر والشرك ما يكون صاحبه مشركا أو كافرا فإنه يعذر بالجهل والخطأ حتى تتبيّن له الحجة الذي يكفر تاركها بيانا واضحا ما يلتبس على مثله وينكر ماهو معلوم من الدين بالضرورة من دين الإسلام مما أجمعوا عليه إجماعا جليا قطعيا يعرفه كل من المسلمين من غير نظر وتأمل.

  « Attention : lorsqu’on trouve dans un Hadîth « Celui qui fait ceci a certes associé ou mécru » cela ne veut pas toujours désigner la mécréance expulsant de la religion ni le polythéisme majeure expulsant de l’Islam sur lequel sont appliqués les statuts propres à l’apostat, et le refuge est auprès d’Allah ! En effet, Al Boukhârî a dit : « Chapitre : la mécréance est de deux sortes, l’ingratitude dans la cohabitation et la mécréance moindre que la mécréance. » Al Qâdhî Aboû Bakr Ibn Al ‘Arabî a dit dans son commentaire : « ce que veut démontrer ici [Al Boukhârî] c’est que de la même manière que l’ensemble des obéissances porte le nom de « Foi » eh bien l’ensemble des désobéissances porte le nom de « mécréance ».

 

Mais lorsqu’on lui donne le nom de « mécréance » dans l’absolue et sans précision, on ne veut pas [forcément] désigner par lui la mécréance qui expulse de la religion. Si l’ignorant ou celui qui commet une erreur parmi les adeptes de cette communauté, même s’il fait un acte de kufr ou de shirk dont l’auteur en principe, devient soit mushrik soit kafir, il est excusable en raison de son ignorance et de son erreur jusqu’à ce que lui soit établit de façon claire et limpide, loin de toute confusion, la preuve d’Allah qui voue à la mécréance celui qui ne s’y soumet pas ; et qu’il renie ensuite un point élémentaire de la religion, relevant du consensus recensé de façon sûre, et que tout musulman connait machinalement et sans réfléchir. » Fin de citation.

 

Lorsqu’on lit la citation complète, on voit bien qu’Aboû Bakr Ibn Al ‘Arabî tant que Mouhammad Al Qâsimî visent le petit Chirk qui ne s’oppose pas à l’unicité d’Allah.


Et bien que la fin de ses propos pose problème lorsqu’il dit que celui qui commet de la petite mécréance ou du petit Chirk ne sort pas de l’Islam tant que la preuve ne lui a pas été expliquée, peut-être vise-t-il par là celui qui rend licite ces choses après en avoir connu l’interdiction.


Et lorsque la parole d’Allah et de Son messager sont ambiguë, il n’est pas permis d’en bâtir un principe, et Allah déclara que ceux qui basent les principes de leur religion sur les verstes ambigus sont ceux dont le cœur penche pour l’égarement. Alors que dire de celui qui bâti les principes de sa religion sur la parole ambigu d’un homme qui, de surcroit, était un hérétique notoire concernant la définition de la mécréance et de la Foi ?! Le Qâdhî ‘Iyâdh Al Mâlikî nous mentionne l’avis d’Aboû Bakr Ibn Al ‘Arabî concernant la définition de la Foi et de la mécréance :

قال القاضى أبو بكر القول عندي أن الكفر بالله هو الجهل بوجوده والإيمان بالله هو العلم - بوجوده وأنه لا يكفر أحد بقول ولا رأى إلا أن يكون هو الجهل بالله فإن عصى بقول أو فعل نص الله ورسوله أو أجمع المسلمون أنه لا يوجد إلا من كافر أو يقوم دليل على ذلك فقد كفر ليس لأجل قوله أو فعله لكن لما يقارنه من الكفر فالكفر بالله لا يكون إلا بأحد   ثلاثة أمور أحدها الجهل بالله تعالى والثانى أن يأتي فعلا أو يقول قولا يخبر الله ورسوله أو يجمع المسلمون أن ذلك لا يكون إلا من كافر كالسجود للصنم والمشى إلى الكنائس بالتزام الزنار مع أصحابها في أعيادهم أو يكون ذلك القول أو الفعل لا يمكن معه العلم بالله  

« Al Qâdhî Aboû Bakr a dit : L’avis que j’ai est que la mécréance en Allah c’est le fait d’ignorer Son existence, et que la Foi en Allah c’est le fait de savoir qu’Il existe[ !!!], ainsi nul ne devient mécréant pour une parole prononcée ni pour une opinion à moins qu’il ne s’agisse d’ignorer Allah. S’il désobéit à Allah par une parole ou un acte qu’Allah ou Son messager ou l’unanimité des musulmans ont noté comme ne pouvant surgir que d’un mécréant, ou alors qu’une preuve de cela s’établisse : celui-là a mécru mais ce n’est pas en vertu de sa parole ni de son acte mais bien en vertu de ce qui est lié à cela comme mécréance. La mécréance envers Allah ne peut en effet se trouver que dans 3 choses : premièrement l’ignorance d’Allah, deuxièmement commettre un geste ou tenir un propos au sujet duquel Allah, Son messager ou l’unanimité des musulmans ont annoncé que cela ne peut surgir que d’un mécréant comme par exemple : se prosterner devant une idole ou marcher pour se rendre à l’église en s’accrochant un Zinâr en compagnie des fidèles [de cette église] lors de leurs rituelles ; ou alors que ce propos ou ce geste ne peut en aucun cas coexister avec la connaissance d’Allah. » [Ach-Chifâ bita3rîf Houqoûq Al Mouçtafâ 2/292]


Cette citation nous montre qu’Aboû Bakr Ibn Al ‘Arabî considérait qu’ignorer l’Unicité d’Allah est la seule et unique forme de mécréance qui existe, et que le fait de se prosterner pour une idole est un geste ne pouvant coexister avec la Foi en Allah ; alors que ces gens veulent faire croire qu’Aboû Bakr Ibn ‘Al ‘Arabî considère qu’ignorer l’Unicité d’Allah empêche d’être un mécréant et de sortir de l’Islam !

Partager cet article

Repost 0
Published by muwahhidin-vs-talafi
commenter cet article

commentaires

 

Tahakoum

 

  Le-Takfir-copie-1.jpg

 

  notion-de-base.jpgfleche2.jpg

  fleche.jpgReponse-aux-ambiguites.jpg

 

Comprendre l'Islam avec facilité

 

Comment se reconvertir a l'Islam

Recherche

  8365-حَدَّثَنَا فُضَيْلُ بْنُ عِيَاضٍ ، عَنِ الأَعْمَشِ ، عَنْ خَيْثَمَة ، عَنْ عَبْدِ اللهِ بْنِ عَمْرٍو , قَالَ : يَأْتِي عَلَى النَّاسِ زَمَانٌ يَجْتَمِعُونَ وَيُصَلُّونَ فِي الْمَسَاجِدِ وَلَيْسَ فِيهِمْ مُؤْمِنٌ. [مستدرك الحاكم برقم ٨٣٦٥]


Foudhayl Ibn Iyadh nous   rapporte, d’après Al-Amach, d’après Haythama, d’après Abd’Allah Ibn Amr   -qu’Allah les agrée- qui a dit : « Viendra au gens une époque ou il se rassemblerons et prierons dans les mosquées sans qu’il n’y est parmi eux, un seul croyant. » (Musulman Authentifié et rapporté par Al-Hakim n°8365, Ibn Abi Chayba n°30992, Kanz Al-Oumal n°31109, Al-Ajouri dans Al-shari’a page 87, Faryabi dans Sifat Al-Mounafiq n°101

 

30244- حَدَّثَنَا وَكِيعٌ ، عَن مُوسَى بْنِ عُبَيْدَةَ ، عَن وَهْبِ بْنِ وَهْبٍ ، عَن سَعِيدِ بْنِ الْمُسَيَّبِ ، عَن عُمَرَ ، أَنَّهُ كَانَ يَقُولُ إذَا اسْتَلَمَهُ يَعْنِي الْحَجَرَ : آمَنْت بِاللهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٠٢٤٤]

 

Wakihrapporte, d’après Moussa Ibn Oubayda, d’après Wahb Ibn Wahb, d’après Saïd Ibn Al Moussayib, que Omar Ibn Al Khattab -qu'Allah les agrées- lorsqu’il touchait la pierre noir, disait : « J’ai Foi en Allah et je mécroie au Taghout » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°30244 et n°16044

 

3518- حَدَّثَنَا حَاتِمُ بْنُ إسْمَاعِيلَ ، عَنْ جَعْفَرٍ ، عَنْ أَبِيهِ ، قَالَ : كَانَ عَلِيُّ بْنُ الْحُسَيْنِ يُعَلِّمُ وَلَدَهُ يَقُولُ قُلْ آمَنْت بِاَللَّهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٥١٨]

 

Hatim Ibn Ismaïl rapporte d'après jaffar, d'après sont père qui dit: « Ali Ibn Al Housseyn -qu'Allah les agrées- enseignait a son fils ces paroles : « Dis : J’ai cru en Allah et mécru au Taghout. » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°351

 

 

Mouadh Ibn Jabal –qu’Allah l’agrée- a dit : « J’accepte la vérité de quiconque l’apporte même si c’est un mécréant ou un pervers, et méfiez vous de l’égarement du sage, ils ont dis : comment savoir lorsqu’un mécréant dit une parole de vérité ? Il dit : la vérité est lumière. » Authentique rapporté par Abou Daoud n°4611 (202/4) Al-Hakim n°8422 (4/507) Bayhaqi n°20705 (10/210) Dhahabi 1/405 Majmoû‘Al Fatâwâ

Catégories