Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 07:27

Celui qui déclare un musulman mécréant devient mécréant

Cette règle est prouvée par les Hadîth authentiques :


o    Le prophète, que la Paix et le Salue soient sur lui, a dit :

« Lorsqu’un homme dit à son frère : Ô Mécréant ! Alors l’un des deux le devient. » Rapporté par Al Boukhârî et Mouslim.

 

o    Le prophète, que la Paix et le Salue d’Allah soient sur lui, a dit :

« Quiconque, musulman, bannis de l’Islam un autre musulman : soit il a raison, soit c’est lui le mécréant » Rapporté par Abou Dâoûd, n°4687.

 

o    Le prophète, que la Paix et le Salue d’Allah soient sur lui, a dit :

« Il n’est pas un homme qui traite un autre de mécréant sans qu’un des deux le soit vraiment : si l’accusé n’est pas mécréant alors l’excommunication retombe sur l’accusateur. » Rapporté par Ibn Hibbân.

 

Mais cette règle ne s’applique sur l’individu précis que sous certaines conditions, et ce n’est pas toute personne qui déclare un musulman mécréant qui sort automatiquement de l’Islam, et ceci car celui qui bannit un musulman de l’Islam le fait pour l’une de ces 3 raisons :


1)       Pour le fondement de l’Islam.

 

2)       Pour une branche de l’Islam

 

3)       Car il plaisante.

 

v   Premier cas : Celui qui bannit un musulman de l’Islam pour son Islam.

C'est-à-dire : celui qui traite un musulman de mécréant car il n’adore pas la croix, ou parce qu’il n’implore pas le secours des saints et des morts, ou parce qu’il refuse toute autre loi que celle d’Allah : Celui là est mécréant, car il ignore ce qu’est l’Islam et le monothéisme, et considère que la Foi en l’Unicité d’Allah et en la prophétie de Mouhammad est une mécréance, et parce qu’il met la mécréance comme étant meilleure que l’Islam.

 

Cheykh ‘Abdallah Abou Boutayn a dit :

وأمّا مَن جعل سبيل الكفار أهدى من سبيل المؤمنين، فإن كان مراده حال أهل الزّمان اليوم كأن يقول: إنّ فعل مشركي الزّمان عند القبور وغيرها أحسن مِمَّن لا يدعو إلاّ الله ولا يدعو غيره، فهذا كافر بلا شكّ، وكذا قولنا: إن فعل مشركي الزّمان عند القبور من دعاء أهل القبور وسؤالهم قضاء الحاجات وتفريج الكربات والذّبح والنّذر لهم، وقولنا: إنّ هذا شرك أكبر وأنّ مَن فعله فهو كافر، والذين يفعلون هذه العبادات عند القبور كفار بلا شكّ، وقول الجهال إنّكم تكفّرون المسلمين، فهذا ما عرف الإسلام ولا التّوحيد.والظّاهر عدم صحّة إسلام هذا القائل، فإن لم ينكر هذه الأمور التي يفعلها المشركون اليوم، ولا يراها شيئاً فليس بمسلمٍ 

« Quant à celui qui met le chemin des mécréants comme étant plus droit que celui des croyants, s’il vise ce que font les gens de notre époque, et qu’il dit « Ce que font les idolâtres d’aujourd’hui auprès des tombes ou autres [monuments] est mieux que celui qui n’invoque qu’Allah et n’invoque personne d’autre que Lui, celui-là est un mécréant sans aucun doute. De même, nous disons : ce que font les idolâtres de notre époque auprès des tombeaux, comme invoquer les morts et leur demander l’exaucement des prières et de consoler les peines, leur offrir des sacrifices et des vœux, nous disons : ceci est incontestablement la plus grande idolâtrie et quiconque la commet est un mécréant, et ceux qui pratiques ces cultes auprès des tombes sont mécréants sans l’ombre d’un doute. Quant à ce que disent les ignorants : « Vous traitez les musulmans de mécréants ! » Celui là ne connait pas l’Islam ni le monothéisme, et l’Islam de celui qui dit ça est visiblement invalide, car s’il ne condamne pas ces choses que font les idolâtres et n’y voit rien, ce n’est pas un musulman. » [Dourar As-Saniyya 10/415]

 

Mouhammad Ibn ‘Abdelwahhâb a dit :

فإن قال قائلهم : إنهم يكفرون بالعموم فنقول : سبحانك هذا بهتان عظيم ؛ الذي نكفر، الذي يشهد أن التوحيد دين الله، ودين رسوله، وأن دعوة غير الله باطلة ثم بعد هذا يكفر أهل التوحيد، ويسميهم الخوارج ؛ ويتبين مع أهل القبب على أهل التوحيد ؛ ولكن نسأل الله الكريم، رب العرش العظيم أن يرينا الحق حقاً، ويرزقنا اتباعه، وأن يرينا الباطل باطلاً ويرزقنا اجتنابه، ولا يجعله ملتبساً علينا فنضل

  « Et si l’un d’eux disait « Vous traitez tout le monde de mécréant ! » Nous disons « Pureté à Toi, c’est une immense diffamation ! » Celui que nous traitons de mécréant, c’est celui qui témoigne que le monothéisme est la religion d’Allah et du messager, et que l’invocation d’un autre qu’Allah est vaine, mais après ça traite les monothéistes de mécréants et les traite de Khawârij, et se montre du coté des adorateurs de mausolées contre les monothéistes. Mais nous demandons à Allah le Généreux, Seigneur de l’immense trône, de nous faire voir la Vérité en tant que vérité et de nous accorder de nous y conformer, et de nous montrer le mensonge comme étant mensonge, et de nous accorder de le fuir, et de ne pas nous le faire confondre avec la vérité, ce qui nous égarerait. » [Dourar As-Saniyya 1/63]

 

Après avoir pris connaissance de cela, il devient alors claire que les savants du mal aujourd’hui, qui traitent de Khawârij ceux qui traitent les gouvernements laïques, démocrates ou socialistes de mécréants ; et prétendent que c’est eux qui doivent être combattu et c’est contre eux qu’il faut avertir la communauté et non les gouvernements laïques ou démocrates : ceux là sont mécréants sans aucun doute, car ils considèrent que le démocrate laïque ou socialiste est meilleure que le musulman monothéiste. Surtout lorsque ces savants du mal stipulent dans leurs livres et conférences : que la démocratie et la laïcité sont de la mécréance, et que la législation de lois humaines est de la grande mécréance…

 

v   Deuxième cas : Celui qui bannit un musulman de l’Islam pour une branche de l’Islam.


Ceci peut provenir de trois personnes :

 

o    Soit un juriste ;

 

C'est-à-dire : un juge qui estime qu’un acte donné annule l’Islam, par erreur, ou sur base d’une divergence ;

 

Exemple : Un juge traite un musulman de mécréant car il ne jeûne pas le Ramadan ; c’est une question à divergence.

 

Ou bien, qui considère certains péchés biens précis comme étant une apostasie, sans en faire une règle générale pour toute désobéissance :

 

Exemple : Celui qui estime que tuer un musulman exprès ou que boire du vin est un acte d’apostasie, comme l’estimaient certains compagnons comme Abou Moûsâ Al Ach3arî et Ibn ‘Omar qu’Allah les agrée.

 

Ibn Hazm dit:

فروينا عن عمر بن الخطاب رضي الله عنه ومعاذ بن جبل وابن مسعود وجماعة من الصحابة رضي الله عنهم وعن ابن المبارك وأحمد بن حنبل واسحق ابن راهوية رحمة الله عليهم وعن تمام سبعة عشرة رجلاً من الصحابة والتابعين رضي الله عنهم أن من ترك صلاة فرض عامداً ذاكراً حتى يخرج وقتها فإنه كافر مرتد وبهذا يقول عبد الله ابن الماجشون صاحب مالك وبه يقول عبد الملك بن حبيب الأندلسي وغيره وروينا عن عمر رضي الله عنه مثل ذلك في تارك الحج وعن ابن عباس وغيره مثل ذلك في تارك الزكاة والصيام وفي قاتل المسلم عمداً وعن أبي موسى الأشعري وعبد الله بن عمرو بن العاص في شارب الخمر وعن اسحق بن راهوية أن من رد حديثاً صحيحاً عنده عن النبي صلى الله عليه وسلم فقد كفر.

  « Nous avons en effet rapporté d’après ‘Omar Ibn Al Khattâb, qu’Allah l’agrée, ainsi que Mou‘âdh Ibn Jabal, et Ibn Mas‘oûd et tout un groupe de compagnons qu’Allah les agrée, ainsi qu’Ibn Moubârak et Ahmad Ibn Hanbal et Ishâq Ibn Rahawayh, que la miséricorde d’Allah soit sur eux tous, ainsi qu’un totale de 17 hommes parmi les compagnons et leurs disciples qu’Allah les agrée, que l’abandon d’une seul prière obligatoire exprès en connaissance de cause jusqu’à ce que son heure s’écoule : c’est un mécréant apostat ; c’est également l’avis d’Abdallah Ibn Mâjachoûn, compagnon de Mâlik, ainsi que l’avis d’AbdelMalik Ibn Habîb Al Andaloûsî et autres encore. Et nous avons rapporté la même chose d’Omar, qu’Allah l’agrée, en ce qui concerne celui qui abandonne le pèlerinage, et Ibn ‘Abbâs également en ce qui concerne celui qui abandonne la Zakât et le jeûne, ainsi que celui qui tue un musulman exprès, ainsi qu’Aboû Moûsâ Al Ach‘arî et ‘Abdallah Ibn ‘Omar Ibn Al ‘Âç pour celui qui boit du vin, et d’après Ishâq Ibn Râhawayh que quiconque rejette un Hadîth qui provient d’après lui authentiquement du prophète, que la paix d’Allah et Son salue soient sur lui, c’est un mécréant. » [Al Fiçal 3/128]

 

Et également lorsqu’Omar Ibn Al Khattâb traita Hâtib Ibn Balta‘a d’apostat lorsque ce dernier voulu prévenir les idolâtres de la Mecque de l’invasion des musulmans, alors que l’acte de Hâtib, qu’Allah l’agrée, n’était pas une mécréance comme l’expliqua cheykh Al islâm Ibn Taymiya et d’autres, ou aussi lorsque Mou‘âdh Ibn Jabal traita d’hypocrite l’homme qui quitta les rangs de la prière lorsque Mou‘âdh récita une sourate trop longue.

 

Ibn Al Qayyim dit au sujet du Hadîth de Hâtib : 

وَفِيهَا : أَنّ الرّجُلَ إذَا نَسَبَ الْمُسْلِمَ إلَى النّفَاقِ وَالْكُفْرِ مُتَأَوّلا وَغَضَبًا لِلّهِ وَرَسُولِهِ وَدِينِهِ لَا لِهَوَاهُ وَحَظّهِ فَإِنّهُ لَا يَكْفُرُ بِذَلِكَ بَلْ لَا يَأْثَمُ بِهِ بَلْ يُثَابُ عَلَى نِيّتِهِ وَقَصْدِهِ وَهَذَا بِخِلَافِ أَهْلِ الْأَهْوَاءِ وَالْبِدَعِ فَإِنّهُمْ يُكَفّرُونَ وَيُبَدّعُونَ لِمُخَالَفَةِ أَهْوَائِهِمْ وَنِحَلِهِمْ وَهُمْ أَوْلَى بِذَلِكَ مِمّنْ كَفّرُوهُ وَبَدّعُوهُ 

« Il y a [dans ce Hadîth] : que lorsqu’un homme affilie un musulman à l’hypocrisie ou à la mécréance par mauvaise compréhension ou par colère pour Allah et Son messager et Sa religion, et non par tentation ou par plaisir ; il ne devient pas mécréant pour ça, ni même pécheur, il est même récompensé selon son intention et son but, contrairement aux hérétiques qui traitent de mécréants ou d’hérétiques tout ceux qui s’opposent à leurs désirs, alors que ce sont eux qui méritent le plus d’être traité de mécréants et d’hérétiques. » [Zâd Al Mi‘âd 3/372] 

 

Cheykh ‘Abdellatîf Ibn ‘Abderrahmân Âl Cheykh dit :

إن كان المكفر لبعض صلحاء الأمة متأولا مخطئا، وهو ممن يسوغ له التأويل، فهذا وأمثاله ممن رفع عنه الحرج والتأثيم، لاجتهاده، وبذل وسعه، كما في قصة حاطب بن أبي بلتعة؛ فإن عمر رضي الله عنه وصفه بالنفاق، واستأذن رسول الله صلى الله عليه وسلم في قتله، فقال له رسول الله صلى الله عليه وسلم "وما يدريك أن الله اطلع على أهل بدر، فقال: اعملوا ما شئتم فقد غفرت لكم". و مع ذلك فلم يعنف عمر على قوله لحاطب: إنه قد نافق... وأما إن كان المكفر لأحد من هذه الأمة، يستند في تكفيره له إلى نص وبرهان، من كتاب الله وسنة نبيه، وقد رأى كفرا بواحا، كالشرك بالله، وعبادة ما سواه، والاستهزاء به تعالى أو بآياته أو رسله، أو تكذيبهم، أو كراهة ما أنزل الله من الهدى ودين الحق، أو جحد صفات الله تعالى ونعوت جلاله، ونحو ذلك، فالمكفر بهذا وأمثاله، مصيب مأجور، مطيع لله ورسوله.

« Quant à celui qui traite certains saints de cette communauté de mécréants par erreur de mauvaise compréhension, et que cette compréhension peut être permise, alors celui-là n’a pas de péché de part son effort de justice, comme dans l’histoire de Hâtib Ibn Abî Balta‘a ; ‘Omar qu’Allah l’agrée l’a en effet décrit comme étant un hypocrite et demanda au prophète la permission de le tuer, alors le messager d’Allah, que la paix et le salue d’Allah soient sur lui, lui dit « Ne sais-tu pas qu’Allah se pencha sur les gens de Badr et  leur dit « faite ce que vous voulez, Je vous ai pardonné », alors ‘Omar ne s’acharna pas sur son accusation d’hypocrisie à l’encontre de Hâtib…Quant à celui qui traite de mécréant un membre de cette communauté en se basant pour cela sur un texte et une preuve du Livre d’Allah ou la Sounna de Son prophète, et qu’il a vu une mécréance nette ; comme l’association à Allah et l’adoration d’un autre que Lui, ou la moquerie envers Lui ou Ses verset ou Ses messagers, ou le démentit de cela, ou la haine contre ce qu’Allah a révélé comme droiture et religion de vérité, ou le reniement d’un attributs d’Allah ou Ses descriptions majestueuses, ou les choses de ce genre : celui qui traite quelqu’un de mécréant pour ces choses là est juste et récompensé, et obéit à Allah et Son messager. »[1] [Dourar As-Saniyya 12/260, 261]

 

o   Soit un hérétique ;

Comme les Khawârij et les Mou‘tazila qui traitent les musulmans monothéistes de mécréants lorsque ceux-ci commettent des péchés, non pas pour leur monothéisme :

Cheykh Al Islâm Ibn Taymiya dit :

فَأَمَّا مَنْ كَانَ فِي قَلْبِهِ الْإِيمَانُ بِالرَّسُولِ وَمَا جَاءَ بِهِ وَقَدْ غَلِطَ فِي بَعْضِ مَا تَأَوَّلَهُ مِنْ الْبِدَعِ فَهَذَا لَيْسَ بِكَافِرِ أَصْلًا وَالْخَوَارِجُ كَانُوا مِنْ أَظْهَرِ النَّاسِ بِدْعَةً وَقِتَالًا لِلْأُمَّةِ وَتَكْفِيرًا لَهَا وَلَمْ يَكُنْ فِي الصَّحَابَةِ مَنْ يُكَفِّرُهُمْ لَا عَلِيُّ بْنُ أَبِي طَالِبٍ وَلَا غَيْرُهُ بَلْ حَكَمُوا فِيهِمْ بِحُكْمِهِمْ فِي الْمُسْلِمِينَ الظَّالِمِينَ الْمُعْتَدِينَ

« Quant à celui qui a Foi en le messager et ce qu’il a enseigné dans son cœur, mais se trompe dans certaines choses qu’il a mal interprété comme hérésies, celui là n’est pas mécréant à la base, et les Khawârij étaient ceux qui exposaient le plus d’hérésie et de combat contre la communauté ainsi que son excommunication, et pourtant aucun compagnons ne les a bannis de l’Islam, ni ‘Alî Ibn Abî Tâlib ni un autre, mais ils les jugèrent au contraire de la même manière que les musulmans injustes et oppresseurs. » [Majmoû‘ Al Fatâwâ 7/217]

 

o   Soit un pervers ;

Comme celui qui traite un musulman de mécréant par vengeance ou par colère, celui-là est un pécheur désobéissant, coupable de mécréance mineure.

 

Cheykh ‘Abdallah Abou Boutayn dit :

وأمّا مَن كفّر شخصاً أو نفّقه غضباً لنسفه أو بغير تأويلٍ فهذا يخاف عليه

« Quant à celui qui traite une personne de mécréante ou d’hypocrite par colère personnelle ou sans mauvaise compréhension, nous craignons pour lui… » [Dourar As-Saniyya 10/416]

 

Et il dit :

وقد صرح طائفة من العلماء: أنه إذا قال ذلك متأولا، لا يكفر، ونقل ابن حجر الهيتمي عن طائفة من الشافعية، أنهم صرحوا بكفره إذا لم يتأول، فنقل عن المتولي أنه قال: إذا قال لمسلم: يا كافر، بلا تأويل كفر قال: وتبعه على ذلك جماعة. واحتجوا بقوله صلى الله عليه وسلم: " إذا قال الرجل لأخيه يا كافر، فقد باء بها أحدهما "  والذي رماه به مسلم، فيكون هو كافرا، قالوا: لأنه سمى الإسلام كفرا؛ وتعقب بعضهم هذا التعليل، وهو قولهم: إنه سمى الإسلام كفرا، فقال: هذا المعنى لا يفهم من لفظه، ولا هو مراده، إنما مراده ومعنى لفظه: إنك لست على دين الإسلام، الذي هو حق، وإنما أنت كافر، دينك غير الإسلام، وأنا على دين الإسلام، وهذا مراده بلا شك. لأنه إنما وصف بالكفر الشخص، لا دين الإسلام، فنفى عنه كونه على دين الإسلام، فلا يكفر بهذا القول، وإنما يعزر بهذا السب الفاحش، بما يليق به؛ ويلزم على ما قالوه أن من قال لعابد: يا فاسق، كفر، لأنه سمى العبادة فسقا، ولا أحسب أحدا يقوله، وإنما يريد: إنك تفسق، وتفعل مع عبادتك ما هو فسق، لا أن عبادتك فسق، انتهى. وظاهر كلام النووي في شرح مسلم، يوافق ذلك

« Et un groupe de savant ont déclaré que celui qui [juge mécréant un musulman] par mauvaise compréhension ne devient pas mécréant. Et Ibn Hajar Al Haytamî a rapporté d’après un groupe de juristes de la tendance Châfi3ite qui déclarent qu’une telle personne est mécréante si elle dit ça sans que ce soit par mauvaise interprétation. Il rapporta ainsi d’Al Moutawallî qu’il a dit : « Lorsqu’il dit à un musulman « Ô mécréant ! » sans être victime d’une mauvaise interprétation : il devient mécréant. »

Puis il dit : « tout un groupe adopta son avis » et ils argumentent avec le Hadîth où le prophète -qu’Allah le bénisse et le salue- a dit « lorsqu’un homme dit à son frère « Ô mécréant ! » alors cela retombe sur l’un des deux. » Or celui qu’il accuse est un musulman, il devient donc lui-même un mécréant. Ils dirent : c’est parce qu’il a appelé l’Islam « mécréance ».

Et certains ont critiqué la justification qu’ils avancent, qui est « il a appelé l’Islam « mécréance » et dirent : [cette compréhension] n’est pas indiquée par les termes du Hadîth et ce n’est pas ça que veut dire cet homme, mais ce que veut dire cet homme et ce que veulent dire les termes du Hadîth ; c’est que « Tu n’es pas sur la religion de l’Islam qui est la vraie religion, mais tu n’es qu’un mécréant et ta religion n’est pas l’Islam mais moi je suis sur l’Islam !» C’est ça qu’il veut dire, ça ne fait aucun doute.

Ceci car il n’a décrit la mécréance que de l’individu et non la religion de l’Islam. Il a nié que cette personne soit de la religion de l’Islam, or il ne devient pas mécréant pour cette parole. Il doit seulement être puni pour cette insulte dégradante ; d’un châtiment adéquat.

En plus, il implique de leur avis que lorsqu’un homme dit à un adorateur pieux : « Ô pervers ! » il devient mécréant car il a nommé l’adoration « perversité » ! Or je ne pense pas que quiconque serait de cet avis. Ce que veut dire une telle personne c’est : « Certes tu commet de la perversité, en dehors de tes œuvres d’adoration tu commets des choses qui sont de la perversité, mais ce n’est pas ton adoration qui est une perversité. » Fin de citation.

Et apparemment, l’avis de l’Imâm Nawâwî dans son commentaire de « Sahîh Mouslim » rejoint cet avis. » [Dourar As-Saniyya 10/361]

 

v  Troisième cas : celui qui traite un musulman de mécréant pour blaguer ;


Celui là est mécréant, et la preuve de cela est le verset :

 

« Dis : était-ce d’Allah, de Ses versets et de Son messagers que vous vous moquiez ? Ne vous excusez pas : vous êtes devenus mécréants après avoir eu la Foi… » Sourate 9 versets 65, 66.

 

Points à retenir :

 

Ø  Celui qui traite un musulman de mécréant à cause de son monothéisme et de son désaveu de l’idolâtrie : c’est un mécréant car il ignore l’Islam, et considère l’idolâtrie meilleure que l’Islam.

 

Ø  Celui qui traite un musulman de mécréant par effort de justice en se basant sur certains textes ou sur un avis de juriste : il est excusé voir même récompensé.

 

Ø  Celui qui traite un musulman de mécréant non pas à cause de son monothéisme, mais a cause de certains actes subsidiaires sur base d’une mauvaise compréhension ou d’une hérésie : c’est un égaré hérétique, à qui il faut établir la preuve, si après il persiste il devient mécréant : comme celui qui permet un interdit ou interdit ce qui est permis.

 

Ø  Celui qui traite un musulman de mécréant par colère et rancune, c’est un pécheur et non un mécréant.



[1] Les propos ont été légèrement résumés à l’endroit des points de suspension.

Partager cet article

Repost 0
Published by muwahhidin-vs-talafi
commenter cet article

commentaires

 

Tahakoum

 

  Le-Takfir-copie-1.jpg

 

  notion-de-base.jpgfleche2.jpg

  fleche.jpgReponse-aux-ambiguites.jpg

 

Comprendre l'Islam avec facilité

 

Comment se reconvertir a l'Islam

Recherche

  8365-حَدَّثَنَا فُضَيْلُ بْنُ عِيَاضٍ ، عَنِ الأَعْمَشِ ، عَنْ خَيْثَمَة ، عَنْ عَبْدِ اللهِ بْنِ عَمْرٍو , قَالَ : يَأْتِي عَلَى النَّاسِ زَمَانٌ يَجْتَمِعُونَ وَيُصَلُّونَ فِي الْمَسَاجِدِ وَلَيْسَ فِيهِمْ مُؤْمِنٌ. [مستدرك الحاكم برقم ٨٣٦٥]


Foudhayl Ibn Iyadh nous   rapporte, d’après Al-Amach, d’après Haythama, d’après Abd’Allah Ibn Amr   -qu’Allah les agrée- qui a dit : « Viendra au gens une époque ou il se rassemblerons et prierons dans les mosquées sans qu’il n’y est parmi eux, un seul croyant. » (Musulman Authentifié et rapporté par Al-Hakim n°8365, Ibn Abi Chayba n°30992, Kanz Al-Oumal n°31109, Al-Ajouri dans Al-shari’a page 87, Faryabi dans Sifat Al-Mounafiq n°101

 

30244- حَدَّثَنَا وَكِيعٌ ، عَن مُوسَى بْنِ عُبَيْدَةَ ، عَن وَهْبِ بْنِ وَهْبٍ ، عَن سَعِيدِ بْنِ الْمُسَيَّبِ ، عَن عُمَرَ ، أَنَّهُ كَانَ يَقُولُ إذَا اسْتَلَمَهُ يَعْنِي الْحَجَرَ : آمَنْت بِاللهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٠٢٤٤]

 

Wakihrapporte, d’après Moussa Ibn Oubayda, d’après Wahb Ibn Wahb, d’après Saïd Ibn Al Moussayib, que Omar Ibn Al Khattab -qu'Allah les agrées- lorsqu’il touchait la pierre noir, disait : « J’ai Foi en Allah et je mécroie au Taghout » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°30244 et n°16044

 

3518- حَدَّثَنَا حَاتِمُ بْنُ إسْمَاعِيلَ ، عَنْ جَعْفَرٍ ، عَنْ أَبِيهِ ، قَالَ : كَانَ عَلِيُّ بْنُ الْحُسَيْنِ يُعَلِّمُ وَلَدَهُ يَقُولُ قُلْ آمَنْت بِاَللَّهِ وَكَفَرْت بِالطَّاغُوتِ. [مصنف ابن ابي شيبة برقم ٣٥١٨]

 

Hatim Ibn Ismaïl rapporte d'après jaffar, d'après sont père qui dit: « Ali Ibn Al Housseyn -qu'Allah les agrées- enseignait a son fils ces paroles : « Dis : J’ai cru en Allah et mécru au Taghout. » Rapporté par Ibn Abi Chayba dans sont Moussanaf n°351

 

 

Mouadh Ibn Jabal –qu’Allah l’agrée- a dit : « J’accepte la vérité de quiconque l’apporte même si c’est un mécréant ou un pervers, et méfiez vous de l’égarement du sage, ils ont dis : comment savoir lorsqu’un mécréant dit une parole de vérité ? Il dit : la vérité est lumière. » Authentique rapporté par Abou Daoud n°4611 (202/4) Al-Hakim n°8422 (4/507) Bayhaqi n°20705 (10/210) Dhahabi 1/405 Majmoû‘Al Fatâwâ

Catégories